7 août 2020

Le gouvernement de Borissov survit au vote de défiance

Le Parlement bulgare a rejeté mardi une demande de vote de défiance à l’égard du gouvernement de Boyko Borissov, malgré les protestations anti-corruption qui demandaient la démission du Premier ministre et de son cabinet.

La motion a été rejetée par 124 voix contre, 102 pour et 11 abstentions, car elle nécessitait une majorité simple pour être adoptée. Parmi les partisans du vote de défiance, on trouve le Mouvement pour les droits et les libertés (DPS) et le Parti socialiste bulgare (BSP), qui ont également soumis la demande le 16 juillet.

C’est la cinquième motion de censure, le gouvernement de M. Borissov survit, le troisième mandat du Premier ministre devant se terminer en mars 2021.

Afin d’atténuer les troubles civils, Borissov a forcé la semaine dernière trois de ses principaux ministres, des finances, de l’économie et de l’intérieur, à annoncer leur démission, et a reporté un remaniement ministériel pour après le vote de défiance.

Au cours des deux dernières semaines, des protestations de masse ont été déclenchées dans tout le pays, avec des milliers de personnes dans la capitale, Sofia, marchant contre “un modèle de gouvernance mafieux”.

Au début du mois de juillet, le président du pays, Rumen Radev, avait accusé le gouvernement de corruption, de liens avec les “oligarques”, ainsi que d’avoir ordonné des descentes de police dans les bureaux, demandant l’éviction du gouvernement et du procureur général, Ivan Geshev.