14 août 2020

Le gouvernement bulgare refuse de convoquer de nouvelles élections malgré les protestations en cours

Le gouvernement bulgare a refusé de convoquer de nouvelles élections malgré des jours de manifestations antigouvernementales, les plus importantes que le pays ait connues en sept ans.

Les manifestants ont demandé la démission du premier ministre Boyko Borissov et du procureur général Ivan Gueshev, accusés de corruption et de liens avec des criminels. Le président Rumen Radev a également soutenu les manifestants.

“Je respecte le droit de chacun à protester. Ma porte a toujours été ouverte au dialogue”, a déclaré M. Borissov dans un post sur les médias sociaux. “Le pouvoir nous est donné par le peuple et nous l’exerçons avec responsabilité”, a-t-il ajouté.

Samedi, M. Borissov a déclaré qu’il ne démissionnerait pas parce qu’il ne veut pas “briser le pays”.

Le gouvernement sera confronté la semaine prochaine à un vote de défiance des socialistes de l’opposition, le cinquième depuis son arrivée au pouvoir en 2017. L’opposition accuse Borissov de ne pas avoir éliminé la corruption et d’avoir agi en faveur des oligarques.

Les analystes estiment que le gouvernement de coalition, qui dispose d’une confortable majorité à l’Assemblée nationale, survivra facilement au vote de défiance et restera probablement au pouvoir jusqu’aux prochaines élections générales de 2021.