12 août 2020

Le gouvernement britannique mettrait fin au traité d’extradition avec Hong Kong

Le gouvernement britannique a déclaré qu’il apporterait des modifications à son traité d’extradition avec Hong Kong lundi.

Cette décision fait suite à l’adoption par la Chine d’une loi controversée sur la sécurité nationale pour Hong Kong le mois dernier. Cette loi vise à lutter contre la subversion, le terrorisme, le séparatisme et la collusion avec les forces étrangères, avec des peines pouvant aller jusqu’à la prison à vie.

La Grande-Bretagne a rendu Hong Kong à la Chine en 1997, mais la ville a bénéficié de certaines libertés que l’on ne voit pas sur le continent. Le gouvernement craint que l’arrangement ne permette d’envoyer en Chine toute personne extradée vers Hong Kong. Il a déjà offert des droits de résidence à trois millions de citoyens de Hong Kong.

Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré qu’il était préoccupé par la nouvelle loi et par les allégations de violations des droits de l’homme en Chine concernant le traitement de la minorité ouïghoure. Il aurait déclaré que les accords d’extradition du Royaume-Uni avec Hong Kong seraient modifiés.

La Chine a accusé le Royaume-Uni de “s’ingérer brutalement” dans ses affaires intérieures, et a promis une “réponse résolue” si la Grande-Bretagne se retire des accords d’extradition.

La semaine dernière, le gouvernement britannique est revenu sur sa décision concernant Huawei, et a interdit aux entreprises de télécommunications d’acheter de nouveaux équipements fabriqués par le géant de la technologie. Il a également donné aux entreprises jusqu’en 2027 pour retirer sa technologie de leurs réseaux 5G.