11 août 2020

Le fonds pétrolier américain avait 726 millions de dollars de pertes non réalisées avant avril : Rapport

Le Fonds pétrolier des États-Unis était assis sur plus de 700 millions de dollars de pertes non réalisées à la fin du mois de mars, plusieurs semaines avant que le marché n’ait pleinement saisi le rôle considérable qu’il allait jouer dans l’effondrement sans précédent du prix des contrats pétroliers du premier mois de ce mois.

Contrats à terme sur le pétrole brut américain a plongé à -37,63 dollars le baril le 20 avril, la première fois dans l’histoire que le contrat s’est négocié en territoire négatif. Les produits négociés en bourse comme l’USO, ainsi que d’autres investisseurs, ont été pris en train de tenir des positions qui les auraient obligés à prendre livraison de barils de brut avec peu d’endroits où les placer, ce qui a conduit à une vente paniquée.

Le produit négocié en bourse de 3 milliards de dollars, connu sous le nom de USO, a révélé mardi qu’il avait une perte non réalisée de 726 millions de dollars à la fin du mois de mars. L’USO a également enregistré des pertes réelles réalisées de 466,4 millions de dollars au cours du mois de mars, selon un dépôt auprès de la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes.

Néanmoins, les investisseurs se sont accumulés dans le fonds. Les dépôts nets ont totalisé plus de 3 milliards de dollars ce mois-ci au milieu de lourdes pertes, selon les données de Refinitiv. Les investisseurs individuels sont en lutte contre les fonds spéculatifs, qui utilisent des positions courtes pour parier sur de nouvelles baisses du fonds.

A lire également : le prix du pétrole augmente de plus de 10 % après le ralentissement de la construction de stocks de brut aux Etats-Unis

Près de 50 gestionnaires de fonds et conseillers en patrimoine américains ont déclaré détenir de petites quantités d’actions USO pour leurs clients à la fin du mois de mars, selon les informations communiquées par la SEC. La division fiduciaire de la First Midwest Bank, basée à Chicago, a par exemple déclaré détenir environ 64 000 actions pour les investisseurs à la fin du premier trimestre.

Pendant ce temps, les intérêts à court terme dans USO s’élèvent à environ 94 millions de dollars, soit une hausse d’environ 1 % au cours de la semaine dernière, selon l’analyste Ihor Dusaniwsky de S3 Partners LLC.

Les analystes se sont demandé si l’obligation d’assurer un service universel est un investissement approprié pour les investisseurs de détail, étant donné qu’elle fait des paris concentrés sur des contrats à terme complexes. Les investisseurs individuels, cependant, comblent un vide laissé par les fonds de pension, a déclaré cette semaine l’analyste de l’énergie Phil Verleger de PK Verleger LLC, basé au Colorado, dans une note de recherche.

“Une baisse des investissements des fonds de pension a fait stagner de nombreux marchés à terme de matières premières. Le pétrole, cependant, a continué à se développer alors que les investisseurs individuels se sont substitués aux fonds de pension”, a écrit M. Verleger dans sa note.

L’USO est en train de revoir sa stratégie d’investissement. Elle vend sa position sur les contrats à terme du brut du mois de juin et se diversifie sur les contrats à plus long terme pour éviter que la panique de la semaine dernière ne se reproduise.

Mercredi, un regroupement d’actions annoncé précédemment est entré en vigueur, réduisant le nombre d’actions en circulation de 1,5 milliard à 185 millions. Cette opération a été conçue pour accroître la liquidité tout en protégeant les actions de la radiation de la cote.

Les actions se négociaient autour de 2 dollars et risquaient d’être retirées de la cote si elles tombaient en dessous de 1 dollar. Les actions post-scission ont augmenté d’environ 6 % à 18 dollars mercredi, mais elles sont toujours en baisse d’environ 80 % cette année.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Damien ROUSSON

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Voir tous les articles de Damien ROUSSON →