20 septembre 2020

Le diplomate européen soutient la nouvelle élection en Biélorussie sous la supervision de l’OSCE

Le chef de la politique étrangère de l’Union, Josep Borrell, a soutenu la tenue de nouvelles élections en Biélorussie, sous la supervision de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

“Les manifestants qui contestent les résultats des élections ne brandissent pas des drapeaux européens, mais l’ancien drapeau du pays. Et puisqu’il y a une protestation, la meilleure solution serait de rejouer le match sous le contrôle de l’OSCE”, a écrit Josep Borrell dans un article d’opinion du Journal du Dimanche.

Il a ajouté que “dans l’intervalle, nous ne pouvons pas nous contenter d’exprimer notre inquiétude. Nous devons punir les responsables si l’UE veut être cohérente avec ses principes”.

L’article de M. Borrell fait suite à la réunion informelle des ministres des affaires étrangères du bloc qui s’est tenue la semaine dernière à Berlin, où ils ont réitéré leur soutien à la souveraineté du pays et leur position selon laquelle ils ne reconnaissent pas les élections qui ont eu lieu au Belarus le 9 août.

Lors de ce “Gymnich”, les 27 FM de l’UE ont également dénoncé les actions violentes des autorités biélorusses, les qualifiant d'”inacceptables”, et ont convenu de sanctionner les personnes ciblées responsables de la fraude électorale et de la violence exercée sur les manifestants.

“Il y a eu un accord politique entre les ministres pour désigner les personnes responsables des élections frauduleuses en Biélorussie et de la répression subséquente dans le cadre du régime de sanctions existant en Biélorussie”, a déclaré M. Borrell dans une déclaration écrite vendredi, ajoutant que ces désignations pourraient également inclure des politiciens de haut niveau.

Le même jour, le dirigeant de longue date du Belarus, Aleksander Loukachenko, a menacé de couper les routes de transit européennes à travers son pays si des sanctions étaient imposées.