19 septembre 2020

Le deuil national commence au Liban avec l’arrivée de l’aide internationale

Le bilan de l’explosion massive de mardi à Beyrouth est passé à 137 morts, avec quelque 5.000 blessés et des dizaines de disparus, a déclaré mercredi le ministre libanais de la santé. Les responsables ont déclaré que le nombre de morts devrait augmenter.

Le Premier ministre du pays, Hassan Diab, a déclaré trois jours de deuil à partir de jeudi. Le gouvernement s’est engagé à demander des comptes aux responsables de l’explosion.

L’explosion a été la plus puissante jamais subie par Beyrouth, une ville encore marquée par la guerre civile il y a trois décennies. La cause de l’explosion n’a pas été immédiatement claire, mais le chef de la sécurité intérieure du Liban a déclaré que le site de l’explosion dans la zone portuaire de la ville abritait des matériaux hautement explosifs.

Jusqu’à un quart de million de personnes se sont retrouvées sans logement digne de ce nom, ont déclaré les responsables.

Plusieurs pays ont envoyé une aide d’urgence au pays mercredi.

Le Qatar a envoyé des hôpitaux mobiles, des générateurs et des draps de brûlure, tandis que l’Algérie enverra des avions et un bateau avec de l’aide humanitaire, des équipes médicales et des pompiers. L’Organisation mondiale de la santé s’est engagée à envoyer des kits de traumatologie et de chirurgie depuis Dubaï.

L’Allemagne a envoyé des spécialistes de la recherche et du sauvetage pour trouver des survivants coincés sous les décombres. Son bâtiment d’ambassade, situé non loin du port, a été endommagé et le personnel a été blessé dans l’explosion.

Le président français Emmanuel Macron doit se rendre au Liban jeudi. Il se rendra directement au port et rencontrera les équipes libanaises et françaises, après quoi il se rendra au palais présidentiel pour des rencontres avec de hauts responsables.

Le chef de cabinet de la Maison Blanche, Mark Meadows, a déclaré mercredi que les Etats-Unis n’ont pas totalement exclu que l’explosion soit un attentat.