12 août 2020

Le coronavirus entraîne l’annulation du prix asiatique de la paix aux Philippines

Un prix de la paix philippin a été annulé cette année en raison de la pandémie de coronavirus, marquant seulement la troisième interruption en six décennies pour ce prix annuel considéré comme un Nobel asiatique.

La fondation basée à Manille qui distribue les prix Ramon Magsaysay a déclaré mardi qu’elle n’avait pas le choix, la pandémie COVID-19 immobilisant pratiquement le monde.

Les prix ont également été annulés en raison d’une crise financière en 1970 et d’un tremblement de terre désastreux en 1990. Ils portent le nom d’un président populaire des Philippines qui est mort dans un accident d’avion en 1957 et honorent la grandeur d’esprit au service désintéressé des peuples d’Asie.

Parmi les plus de 330 lauréats à ce jour figuraient des leaders comme la défunte présidente des Philippines Corazon Aquino et Mère Teresa, connue pour son travail missionnaire en Inde.

Parmi les cinq lauréats de l’année dernière, on trouve un Sud-Coréen qui a contribué à la lutte contre le suicide et l’intimidation, une Thaïlandaise qui est devenue défenseur des droits de l’homme après avoir perdu son mari dans des actes de violence dans le sud de la Thaïlande, des journalistes d’Inde et du Myanmar, et un musicien reconnu pour avoir contribué à façonner la culture musicale moderne des Philippines.

Les Philippines sont un point chaud pour les coronavirus en Asie du Sud-Est, avec environ 22 400 infections, dont plus de 1 000 décès. Le pays a assoupli les conditions d’enfermement de millions de personnes dans un mouvement de corde raide pour soutenir son économie, qui s’est contractée au cours du premier trimestre.