24 octobre 2020

Le Canadien Trudeau frappe la Chine sur les droits de l’homme, la “diplomatie coercitive”.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a critiqué mardi la “diplomatie coercitive” de la Chine, les mesures répressives à Hong Kong et la détention de musulmans ouïghours, affirmant qu’elles sont contre-productives tant pour Pékin que pour le reste du monde.

“Nous resterons absolument déterminés à travailler avec nos alliés pour faire en sorte que l’approche de la Chine en matière de diplomatie coercitive, sa détention arbitraire de deux citoyens canadiens aux côtés d’autres citoyens d’autres pays du monde, ne soit pas considérée par eux comme une tactique réussie”, a déclaré M. Trudeau. Il a également souligné le “souci du Canada pour la protection des droits de l’homme et des lieux comme Hong Kong” et “avec les Ouïghours”.

L’ambassade de Chine à Ottawa n’a pas eu de réponse immédiate aux critiques de Trudeau sur sa diplomatie. La Chine a déclaré à plusieurs reprises que le Canada doit libérer Meng Wanzhou, un cadre supérieur du géant chinois des télécommunications Huawei, avant que les relations ne s’améliorent.

Les liens entre les deux pays se sont détériorés en 2018 après que la police canadienne a arrêté Meng sur la base d’un mandat d’extradition américain. Elle est accusée de fraude bancaire liée à la violation des sanctions américaines contre l’Iran. Peu après, la Chine a arrêté deux Canadiens et les a accusés d’espionnage.

Mardi a marqué le 50e anniversaire des liens diplomatiques du Canada avec la Chine. M. Trudeau a déclaré que le Canada “continuera à travailler avec les autres nations du monde qui partagent ses vues, afin de faire comprendre à la Chine que son approche des affaires intérieures et des affaires mondiales n’est pas particulièrement productive pour elle ou pour nous tous”.