20 septembre 2020

L’attaque de l’État islamique contre la prison afghane se poursuit ; au moins 11 morts

Une attaque complexe du groupe de l’État islamique contre une prison dans la province orientale de Nangarhar s’est poursuivie lundi et a fait au moins 11 morts, a déclaré un responsable local.

42 autres personnes ont été blessées dans la fusillade qui a commencé dimanche soir, a déclaré Zahir Adil, porte-parole du département provincial de la santé. Il a déclaré que le bilan devrait être plus lourd.

L’attaque a commencé lorsqu’une voiture piégée a explosé à la porte d’entrée de la prison de Jalalabad, la capitale de la province de Nangarhar. Plusieurs assaillants ont alors ouvert le feu sur les forces de sécurité afghanes. On ne sait pas exactement combien d’assaillants ont participé à la fusillade.

Un certain nombre de prisonniers se sont échappés pendant l’attaque, a déclaré un autre fonctionnaire provincial, qui a parlé sous condition d’anonymat car il n’était pas autorisé à parler aux médias.

Le groupe d’État islamique affilié à l’Afghanistan, connu sous le nom d’IS dans la province de Khorasan, a revendiqué l’attentat. La filiale a son siège dans la province de Nangarhar.

La prison abrite environ 1 500 détenus, dont plusieurs centaines appartiendraient au groupe d’État islamique affilié à l’Afghanistan. Il n’a pas été possible de savoir immédiatement si des prisonniers spécifiques étaient hébergés dans la prison que l’attaque a été organisée pour libérer.

L’attaque survient un jour après que l’agence de renseignement afghane ait déclaré qu’un haut commandant d’un groupe de l’État islamique avait été tué par les forces spéciales afghanes près de Jalalabad.

Le porte-parole politique des talibans, Suhail Shaheen, a déclaré à The Associated Press que son groupe n’était pas impliqué.

Nous avons un cessez-le-feu et nous ne sommes impliqués dans aucune de ces attaques, où que ce soit dans le pays, a-t-il dit.

Les talibans ont déclaré un cessez-le-feu de trois jours à partir de vendredi pour la grande fête musulmane de l’Aïd al-Adha. Le cessez-le-feu a expiré lundi à 12 heures, bien qu’il n’ait pas été immédiatement clair s’il serait prolongé, les États-Unis faisant pression pour un démarrage rapide des négociations intra-afghanes qui ont été retardées à plusieurs reprises depuis que Washington a signé un accord de paix avec les talibans en février.

Les talibans ont également nié leur implication dans un attentat suicide dans la province orientale de Logar, qui a fait au moins neuf morts et au moins 40 blessés, selon les autorités.

L’Afghanistan a connu récemment une flambée de violence, la plupart des attaques étant revendiquées par le groupe local de l’État islamique.