15 août 2020

L’Allemagne est prête à un compromis sur le fonds de relance de l’UE, selon Angela Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que l’Allemagne est prête à faire des compromis sur le fonds de relance européen lors du prochain sommet des dirigeants de l’Union européenne (UE).

“Nous irons bien sûr à Bruxelles et la partie allemande a une certaine réserve de volonté de compromis”, a déclaré Merkel mardi lors d’une conférence de presse précédant une réunion préparatoire avec le Premier ministre espagnol en visite, Pedro Sanchez, a rapporté l’agence de presse Xinhua.

“Il serait souhaitable de parvenir à un résultat rapide, mais je ne sais pas s’il y aura un succès vendredi et samedi”, a ajouté Mme Merkel, en précisant que le temps presse et que l’UE doit agir dans une situation inhabituelle et sans précédent et tirer les leçons de la pandémie de coronavirus.

M. Sanchez a déclaré que juillet devait être le mois de la décision et que l’Espagne ferait tout pour cela. “Si nous reportons à nouveau l’accord, nous reporterons la reconstruction. Et si nous reportons la reconstruction, la crise sera encore plus grave”.

M. Sanchez a également prédit des négociations difficiles et a appelé les autres membres de l’UE à travailler sur un accord. Dans le même temps, M. Sanchez a souligné que les membres de l’UE ont des visions différentes de la direction que devrait prendre l’Europe, et que chacune d’entre elles est légitime.

En mai dernier, la Commission européenne a proposé un fonds de relance de 750 milliards d’euros (852 milliards de dollars américains) pour aider le bloc à sortir de la crise économique déclenchée par la pandémie. Ce fonds sera au centre du sommet spécial de l’UE les 17 et 18 juillet à Bruxelles.

Selon le plan, 500 milliards d’euros de ce fonds de relance financé par la dette doivent être accordés sous forme de subventions et 250 milliards sous forme de prêts. Toutefois, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et l’Autriche s’opposent à l’octroi de ces aides sous forme de subventions et affirment que celles-ci doivent être liées aux réformes.

Les dirigeants européens sont occupés à se rendre visite pour préparer le sommet, avec l’Allemagne, qui assure actuellement la présidence du Conseil de l’UE, en point de mire. La semaine dernière, Mme Merkel a rencontré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, et lundi, le Premier ministre italien Giuseppe Conte.

L’Italie et l’Espagne sont parmi les pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus en Europe et ont tous deux besoin d’une aide financière.

–IANS

rt/

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).