10 août 2020

L’affaire George Floyd : Je n’aime pas les étranglements, ils devraient cesser, dit Trump

Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré qu’il aimerait voir la police mettre fin à l’utilisation des étrangleurs, sauf dans certaines circonstances.

“Je n’aime pas les étranglements”, a déclaré M. Trump lors d’une interview Fox News Chaîne diffusée le vendredi. “D’une manière générale”, a-t-il dit, il faudrait mettre fin à cette pratique.

Mais M. Trump a aussi longuement parlé d’un scénario dans lequel un policier est seul et se bat en tête-à-tête et pourrait devoir recourir à cette tactique.

A lire également : Floyd proteste : La finalisation du décret sur la réforme de la police, selon M. Trump

Les étranglements ont fait l’objet d’une attention renouvelée à la suite du meurtre de George Floyd en garde à vue, qui a déclenché des protestations de masse dans tout le pays et dans le monde entier pour réclamer la justice, l’égalité raciale et la réforme de la police. Bien que la tactique n’ait pas été utilisée sur Floyd, qui est mort après qu’un policier ait enfoncé son genou dans le cou de Floyd et après que Floyd ait plaidé qu’il ne pouvait pas respirer, elle est devenue un symbole de la brutalité policière et des appels ont été lancés dans tout le pays pour en interdire l’utilisation.

Cette manœuvre est déjà interdite dans de nombreux départements du pays.

L’étranglement est une tactique par laquelle un officier met son bras autour du cou d’un suspect, bloquant ainsi la circulation de l’air. Eric Garner est mort en 2014 après un étranglement policier, bien que l’officier responsable affirme avoir utilisé une autre manoeuvre légale d’enlèvement appelée “ceinture de sécurité”, dans laquelle un officier met un bras autour de la poitrine d’un suspect et un autre autour de la taille pour le faire tomber au sol.


A lire également : Le fondateur de CrossFit, Greg Glassman, démissionne après avoir subi les contrecoups du tweet de George Floyd

En réponse aux protestations, la Maison Blanche a travaillé à l’élaboration d’un décret sur le maintien de l’ordre, bien qu’il ne soit pas clair si la version finale abordera les problèmes d’étranglement.

La Maison Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires, et M. Trump n’a pas mentionné cette tactique lors d’une table ronde au Texas jeudi, au cours de laquelle il a discuté de l’ordre. Les législateurs de la Colline ont également travaillé à l’élaboration d’une législation en réponse à cette demande.

A lire également : Il ne méritait pas de mourir pour plus de 20 dollars : le frère de George Floyd le dit au Congrès américain

Et même s’il est favorable à une réduction de leur utilisation, Trump semble néanmoins convaincu qu’il est parfois nécessaire de les étrangler, qualifiant la situation de très délicate dans son interview avec la Fox.

Parfois, si vous êtes seul, et que vous vous battez contre quelqu’un de dur, et que vous avez quelqu’un dans une situation d’étranglement… Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Lâcher prise et dire : “Oh, on va tout recommencer ? Je n’ai pas le droit de t’étrangler”, dit-il. Je pense que le concept d’étranglement semble si innocent, si parfait. Et puis vous réalisez que si c’est un tête-à-tête… si un policier est dans une mauvaise passe et qu’il a quelqu’un… Alors vous devez être très prudent.” Cela étant dit, je pense que ce serait une très bonne chose que, d’une manière générale, on y mette fin”, a-t-il ajouté.