20 septembre 2020

La Turquie déclare que les Etats-Unis doivent revenir à une position neutre sur Chypre

La Turquie a appelé les États-Unis à revenir à une position neutre sur Chypre, et aux efforts pour le règlement de l’énigme chypriote, après que Nicosie et Washington aient signé au début de ce mois un protocole d’accord pour une coopération plus approfondie en matière de sécurité.

“Le protocole d’accord ne servira pas la paix et la stabilité en Méditerranée orientale et nuira à la solution du problème chypriote”, a déclaré le ministère turc des affaires étrangères dans un communiqué publié dimanche.

“Nous exhortons les États-Unis à revenir à leur politique impartiale qu’ils ont traditionnellement maintenue dans l’île de Chypre et à contribuer aux efforts en vue du règlement de la question chypriote”, ajoute la déclaration.

Au début de ce mois, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a déclaré que les États-Unis avaient décidé de lever partiellement un embargo sur les armes de 33 ans contre Chypre. L’embargo sera levé pour un an, avec possibilité de renouvellement, et s’appliquera aux systèmes non létaux.

Cette initiative a été vivement critiquée par Ankara, qui a soutenu que la levée de l’embargo sur les armes et la fourniture d’un programme de formation militaire (IMET) à la partie chypriote grecque, “perturbe l’équilibre entre les deux peuples sur l’île et augmente la tension en Méditerranée orientale”.

Il a également soutenu que les récents développements “excluaient totalement” les Chypriotes turcs “qui ont les mêmes droits que les Chypriotes grecs sur l’île”, et pourraient durcir encore l'”intransigeance” des Chypriotes grecs, ainsi que décourager une “position réconciliatrice” de la partie chypriote grecque sur la solution de tout problème.

Toutefois, Matthew Palmer, du Département d’État américain, a déclaré plus tôt en septembre que cette décision ne reflétait pas un changement de la politique américaine sur le problème chypriote, citant que “Nous continuons à soutenir un règlement global qui réunira l’île en une fédération bi-zonale et bicommunautaire qui bénéficiera à tous les Chypriotes ainsi qu’à l’ensemble de la région”.