6 août 2020

La situation pandémique des indigènes américains est préoccupante, selon le chef de l’OMS

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que son organisation est très préoccupée par l’impact de COVID-19 sur les peuples indigènes des Amériques, l’épicentre actuel de la pandémie.

Le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle lundi qu’au 6 juillet, plus de 70 000 cas et plus de 2 000 décès avaient été signalés parmi les peuples indigènes des Amériques, a rapporté l’agence de presse Xinhua.

“Tout récemment, au moins 6 cas ont été signalés chez les Nahua, qui vivent en Amazonie péruvienne”, a déclaré le chef de l’OMS.

Selon lui, il y a jusqu’à 500 millions de peuples indigènes dans le monde, répartis dans plus de 90 pays, qui souffrent souvent d’un lourd fardeau de pauvreté, de chômage, de malnutrition et de maladies tant transmissibles que non transmissibles, ce qui les rend plus vulnérables à COVID-19 et à ses graves conséquences.

Le Dr. Tedros a souligné que l’un des outils clés pour supprimer la transmission dans les communautés indigènes, ainsi que dans d’autres communautés, est la recherche des contacts.

“Aucun pays ne peut contrôler son épidémie s’il ne sait pas où se trouve le virus”, a-t-il noté.

Le Bureau régional de l’OMS pour les Amériques a récemment publié des recommandations pour prévenir et répondre à la COVID-19 chez les peuples autochtones, et l’OMS travaille également avec le coordinateur des organisations autochtones du bassin de l’Amazone pour intensifier la lutte contre la COVID-19, a déclaré M. Tedros.

–IANS

rt/