22 septembre 2020

La Serbie se retire des jeux de guerre des “Frères slaves” dirigés par les Russes

La Serbie s’est retirée des exercices militaires prévus en Biélorussie avec la Russie après la pression de l’Union européenne, a déclaré mercredi le ministre de la défense du pays, Aleksandar Vulin.

La Serbie cherche officiellement à adhérer à l’UE, mais elle entretient également des liens étroits avec Moscou. Le pays devait participer à l’exercice “Fraternité slave 2020” avec les troupes russes et biélorusses ce mois-ci.

“Il nous est demandé, au prix de l’abandon de notre avenir européen, d’abandonner les exercices militaires prévus avec le Belarus”, a déclaré M. Vulin, ajoutant que la Serbie subissait “une pression importante et imméritée de la part de l’UE” et qu’elle suspendrait les exercices militaires avec tous les partenaires pendant six mois.

Le Belarus a été secoué par des semaines de protestations après que le président Alexandre Loukachenko, qui dirige le pays depuis 1994, a remporté une victoire écrasante aux élections du 9 août. Le vote a été dénoncé par les responsables de l’UE, et a forcé Loukachenko à se tourner vers Moscou pour obtenir son soutien.

Loukachenko est le seul dirigeant mondial à s’être rendu en Serbie lors du bombardement du pays par l’OTAN en 1999, dans le cadre de la répression contre les séparatistes albanais. Cette visite a été considérée comme un soutien à l’ancien homme fort de la Serbie, Slobodan Milosevic.

La Serbie a également renforcé ses liens politiques, économiques et militaires avec la Russie et la Chine. Auparavant, elle a refusé de se joindre aux sanctions de l’UE contre la Russie en raison de sa politique à l’égard de l’Ukraine.

Le mois dernier, cependant, la Serbie s’est jointe à l’UE en rejetant les résultats des élections au Belarus. Le premier ministre du pays, Ana Brnabic, a déclaré que Belgrade avait signé la résolution de l’UE sur le Belarus afin d’aligner les politiques du pays sur celles de l’Union.