19 septembre 2020

La Serbie s’associe à la condamnation par l’UE des résultats des élections au Belarus et à la violente répression

La Serbie a rejoint l’UE dans son rejet des résultats des élections au Belarus et dans sa critique d’une répression contre l’opposition qui souhaite de nouvelles élections.

Le leader de longue date du Belarus, Alexandre Loukachenko, a été le seul dirigeant mondial à se rendre en Serbie lors du bombardement du pays par l’OTAN en 1999, dans le cadre de la répression contre les séparatistes albanais. Cette visite a été considérée comme un soutien à l’ancien homme fort de la Serbie, Slobodan Milosevic.

Jeudi, le premier ministre serbe Ana Brnabic a déclaré que Belgrade avait signé la résolution de l’UE sur le Belarus afin d’aligner les politiques du pays sur celles de l’Union européenne dans le cadre de sa demande officielle d’adhésion à l’UE : “J’espère que Loukachenko ne nous en tiendra pas rigueur. Nous ne devons pas oublier l’amitié que Loukachenko a montré à notre peuple dans les moments difficiles”, a déclaré M. Brnabic.

“Je salue la Serbie pour avoir rejoint la déclaration de l’UE sur les élections présidentielles en Biélorussie”, a tweeté l’ambassadeur de l’UE Sam Fabrizi.

“C’est formidable de voir que la Serbie se tient à son environnement européen”, a tweeté l’ambassadeur américain en Serbie, Anthony Godfrey.

La Serbie a également renforcé ses liens politiques, économiques et militaires avec la Russie et la Chine. Auparavant, elle a refusé de se joindre aux sanctions de l’UE contre la Russie en raison de sa politique à l’égard de l’Ukraine.