24 octobre 2020

La Russie enregistre un deuxième vaccin contre le coronavirus

La Russie a accordé l’approbation réglementaire à un deuxième vaccin contre le coronavirus, a annoncé mercredi le président Vladimir Poutine lors d’une réunion en ligne avec les membres du gouvernement.

Le vaccin COVID-19, développé par le Centre de recherche en virologie et biotechnologie de Novossibirsk Vektor et baptisé “EpiVacCorona”, aura une production initiale de 60 000 doses, qui pourraient être administrées à 40 000 volontaires lors des essais cliniques.

Bien qu’il ait terminé les premiers essais sur l’homme le mois dernier, il n’est pas encore entré dans l’essai à grande échelle, connu sous le nom de phase III. Cependant, l’agence de presse TASS a indiqué que la dernière phase devrait commencer en novembre ou décembre.

Au cours de la réunion, M. Poutine a également annoncé que la Russie présenterait bientôt un troisième vaccin COVID-19, développé par le Centre scientifique Chumakov pour la recherche et le développement de produits immunitaires et biologiques à Saint-Pétersbourg

Plus tôt dans la semaine, le ministre russe de la santé Mikhail Murashko avait informé qu’un des candidats vaccins du pays, actuellement en essais cliniques, serait enregistré dans le courant de la semaine afin que ses productions puissent démarrer immédiatement.

“Aujourd’hui, deux vaccins russes sont en cours d’essai clinique, tandis qu’un autre est enregistré. Nous prévoyons que l’un des vaccins en cours d’essais cliniques sera également enregistré et passera au stade de la production cette semaine”, a déclaré M. Murashko mardi, selon l’agence de presse TASS.

La Russie était la première nation d’enregistrer un vaccin contre le nouveau coronavirus, Poutine ayant annoncé en août que le pays disposait de son premier vaccin, appelé “Sputnik-V” et développé par l’Institut Gamaleya de Moscou.

Son annonce est intervenue alors que les inquiétudes sur la sécurité du vaccin se sont accrues, car il a sauté les essais de longue durée de la phase 3. Les scientifiques et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont mis en garde contre les économies de coûts et ont exhorté le Kremlin à suivre les directives internationales pour la production du vaccin.