Damien ROUSSON 28 mars 2019

“La Russie ne modifie pas l’équilibre des forces dans la région (d’Amérique latine), elle ne menace personne, contrairement aux citoyens de Washington que je viens de citer “, a-t-il dit en allusion au président américain Donal Trump.

Un des deux avions russes qui sont arrivés à Caracas ce week-end avec du personnel militaire. Photo : Reuters.

La Russie a déclaré aujourd’hui que ses militaires resteront au Venezuela aussi longtemps que le gouvernement vénézuélien en aura besoin, et a assuré que sa présence ne modifierait pas l’équilibre des forces en Amérique latine et ne constituerait une menace pour personne.

“La Russie ne modifie pas l’équilibre des forces dans la région (d’Amérique latine), la Russie ne menace personne, contrairement aux citoyens de Washington que je viens de citer “, a déclaré en allusion au président américain Donal Trump et aux autres membres de son gouvernement, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zajárova.

Le président américain a déclaré mercredi qu’il garde ” toutes les options ouvertes ” pour que l’armée russe quitte le Venezuela.

En outre, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a non seulement insisté pour que le président vénézuélien Nicolas Maduro quitte la scène politique, mais il a également souligné que l’influence de la Russie à Cuba et au Nicaragua devait cesser.

“Je voudrais demander à ces personnes : sur quelle base juridique ces déclarations sont-elles faites ? C’est ainsi que je pose la question, qui n’est pas de la rhétorique. Je veux entendre une réponse “, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe lors de sa traditionnelle conférence de presse hebdomadaire.

Elle a insisté sur le fait que les militaires russes qui sont arrivés au Venezuela le week-end dernier l’ont fait dans le cadre d’un accord intergouvernemental bilatéral sur la coopération militaire.

“Personne n’a dénoncé ce document”, a dit M. Zajárova, ajoutant que la présence de “spécialistes russes” au Venezuela n’est pas contraire aux accords internationaux ou à la législation du pays sud-américain.

Il a expliqué que l’armée russe est chargée de la mise en œuvre des accords bilatéraux de coopération.

“Combien de temps seront-ils là ? Aussi longtemps qu’il le faudra. Tant que le gouvernement vénézuélien en aura besoin”, a répondu la porte-parole à la question d’un journaliste.

D’autre part, Zajárova a indiqué que Moscou espère que les autorités de Curaçao ne permettront pas que le centre de réception de l’aide humanitaire pour le Venezuela installé dans ce pays insulaire devienne un point de transit pour l’expédition des armes vers ce pays.

“Nous sommes convaincus que les autorités de Curaçao ne laisseront pas leur territoire prendre pied dans une nouvelle aventure occidentale “, a-t-il déclaré.

La porte-parole des Affaires étrangères a annoncé que la semaine prochaine, lors de la réunion de la commission intergouvernementale Russie-Venezuela qui se tiendra à Moscou, une série d’accords économiques et commerciaux seront signés, ainsi que dans les domaines de l’énergie et l’éducation.

Il a également indiqué qu’il y a quelques jours, la Russie a envoyé au Venezuela un envoi d’aide humanitaire, de médinas et de modules médicaux, conformément aux résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies.

 

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*