14 août 2020

La réunion du parti au pouvoir au Népal pour décider de l’avenir d’Oli est reportée à dimanche

Une réunion cruciale du parti communiste au pouvoir au Népal a été reportée pour la cinquième fois à dimanche afin de donner plus de temps au Premier ministre K P Sharma Oli et à la faction rivale dirigée par l’ancien Premier ministre Pushpa Kamal Dahal “Prachanda” pour régler leurs différends.

La réunion du Comité permanent du Parti communiste du Népal (NCP) était prévue pour vendredi mais elle a été reportée à 15 heures dimanche à la demande d’Oli et Prachanda.

Plus tôt dans la journée, la réunion a été reportée de quelques heures pour des discussions.

La réunion a été fixée à 15h dimanche, Surya Thapa, le conseiller de presse d’Oli, a tweeté.

La dernière réunion du Comité permanent a eu lieu le 2 juillet.

Le parti a également décidé de tenir une réunion cruciale de son Comité central de travail (CWC), composé de 441 membres, a déclaré Ganesh Shah, membre du Comité permanent, au PTI.

Le sort du Premier ministre sera maintenant décidé lors de la réunion de la COC qui pourrait se tenir la semaine prochaine, a-t-il dit.

La CAC est autorisée à prendre une décision formelle sur le principe “un homme, un poste” qui doit être mis en œuvre au sein du parti, conformément à la demande du groupe dissident dirigé par Prachanda, a-t-il déclaré.

La réunion du Comité permanent de dimanche devrait fixer la date de la réunion de la CAC, qui décidera en fin de compte du sort du Premier ministre Oli, a déclaré M. Shah.

Les deux dirigeants ont eu des entretiens informels vendredi pour régler leurs différends.

La réunion de vendredi du Comité permanent de 45 membres devait décider de l’avenir du Premier ministre Oli, après que les discussions visant à conclure un nouvel accord de partage du pouvoir entre lui et le président exécutif du NCP Prachanda n’aient pas progressé jeudi non plus.

Le Premier ministre et président du parti Oli, Prachanda et l’ancien Premier ministre Madhav Kumar Nepal ont également tenu une réunion informelle à la résidence officielle du Premier ministre à Baluwatar afin de mettre fin aux conflits entre les partis.

Au cours de la réunion, Oli a refusé de démissionner ou d’abandonner son poste de président du PCN.

Une série de réunions a tenté de régler les différences entre Oli et le groupe dissident. Mais, comme le Premier ministre n’a pas accepté leur condition d’un homme-un-poste, les pourparlers ont échoué, selon des sources du parti.

Les principaux dirigeants du PCN, dont Prachanda, ont exigé la démission du Premier ministre Oli, déclarant que ses récentes remarques anti-indiennes n’étaient “ni politiquement correctes ni diplomatiquement appropriées”. Ils sont également contre le style de fonctionnement autocratique d’Oli.

Les divergences se sont encore accentuées après qu’Oli a déclaré que certains des dirigeants du parti au pouvoir s’alignent sur le voisin du sud pour le destituer du pouvoir après que son gouvernement ait publié une nouvelle carte politique incorporant trois territoires indiens.

La faction Prachanda-Népal a rejeté ces allégations, affirmant que ce sont eux qui ont demandé la démission, et non l’Inde.

Ils ont demandé à Oli de présenter des preuves à l’appui de son allégation.

Prachanda a déclaré qu’il ne permettra pas au parti de se scinder et que toute tentative, de quelque part que ce soit, d’affaiblir son unité nuirait à la lutte contre la pandémie de coronavirus et les catastrophes naturelles.

Vendredi dernier, la réunion du Comité permanent a été reportée une quatrième fois au dernier moment, en raison des inondations et des glissements de terrain dans le pays.

Les divergences entre les deux factions du PCN, l’une dirigée par Oli et l’autre par Prachanda sur la question du partage du pouvoir, se sont intensifiées après que le Premier ministre a décidé unilatéralement de proroger la session budgétaire du Parlement.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).