14 août 2020

La réunion clé du Parti communiste népalais se termine sans aucune avancée

Samedi, la principale instance décisionnelle du parti communiste au pouvoir au Népal n’est pas parvenue à mettre fin à la lutte pour le pouvoir entre le Premier ministre K P Sharma Oli et l’ancien Premier ministre Pushpa Kamal Dahal “Prachanda”, malgré quatre heures de discussions marathon.

Aucune conclusion n’a été tirée lors de la réunion des neuf membres du Secrétariat central du Parti communiste népalais (NCP), bien que les dirigeants du parti aient discuté de l’ordre du jour à présenter lors de la réunion du Comité permanent de dimanche, selon le haut dirigeant du parti, Ganesh Shah.

Au cours de la réunion, les hauts dirigeants du parti ont convenu de résoudre les problèmes par consensus, a déclaré le porte-parole du parti, Narayankaji Shrestha, aux médias après la réunion.

Le PCN a convoqué une réunion du secrétariat après que les deux hauts dirigeants aient convenu de convoquer un conclave de la plus haute instance du parti avant la réunion du Comité permanent de 45 membres, dimanche, afin de tenter de parvenir à un accord de partage du pouvoir en réglant leurs différends.

La réunion du Comité permanent du parti est prévue à 15 heures dimanche.

La réunion du Comité permanent a été reportée à dimanche pour donner plus de temps à Oli et à la faction rivale dirigée par Prachanda, le président exécutif du PCN, pour avoir plus de discussions afin de mettre fin aux luttes intestines entre les partis.

Lors de précédentes réunions, Oli a refusé de démissionner ou d’abandonner son poste de président du PCN, comme le demandait la faction dirigée par Prachanda.

La réunion du Comité permanent de dimanche devrait fixer la date de la réunion de la CAC, qui décidera en fin de compte de l’avenir du Premier ministre Oli, a déclaré Ganesh Shah, membre du Comité permanent.

Oli et Prachanda ont tenu au moins huit réunions ces dernières semaines pour régler les différences entre eux. Mais, comme le Premier ministre n’a pas accepté la condition d’un seul homme, les pourparlers ont échoué, selon des sources du parti.

Les principaux dirigeants du PCN, dont Prachanda, ont exigé la démission du Premier ministre Oli, déclarant que ses récentes remarques anti-indiennes n’étaient “ni politiquement correctes ni diplomatiquement appropriées”. Ils sont également contre le style de fonctionnement autocratique d’Oli.

Les divergences se sont encore accentuées après qu’Oli ait affirmé que certains dirigeants du parti au pouvoir s’alignent sur le voisin du sud pour le destituer du pouvoir, après que son gouvernement ait publié une nouvelle carte politique incorporant trois territoires indiens de Kalapani, Lipulekh et Limpiyadhura.

Les divergences entre les deux factions du PCN, l’une dirigée par Oli et l’autre par Prachanda sur la question du partage du pouvoir, se sont intensifiées après que le Premier ministre a décidé unilatéralement de proroger la session budgétaire du Parlement.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).