10 août 2020

La récession américaine va durer le plus longtemps, un rebond rapide est peu probable : Économistes

Dévastée par le coronavirus, l’économie américaine est en train de sombrer. Et le plongeon s’accélère.

Aujourd’hui, alors que certaines entreprises de quelques États commencent à retrouver du travail, on commence à espérer que l’économie, aussi endommagée soit-elle, puisse rebondir d’ici le second semestre de l’année. Si un plus grand nombre d’employés et de consommateurs reprenaient progressivement le travail et les dépenses, l’idée est lancée, l’économie pourrait être en mesure de faire un retour en force.

Pourtant, la plupart des économistes ont la même réponse : Gardez ces attentes sous contrôle.

Ils craignent notamment que le coronavirus n’explose à nouveau après la réouverture de l’économie, ce qui obligerait les entreprises réouvertes à fermer à nouveau. Ils craignent également que les employés et les consommateurs restent trop méfiants à l’égard du coronavirus pour revenir à un comportement économique normal. Si tel était le cas, aucune reprise économique significative ne pourrait s’installer.

Le virus a fait beaucoup de dégâts à l’économie, et il y a tellement d’incertitudes maintenant, a déclaré Mark Zandi, économiste en chef de Moody’s Analytics.

A VOIR AUSSI : Les marques automobiles créent leurs avatars de retour dans le monde de l’après-Covid-19

L’économie américaine s’est contractée à un taux annuel de 4,8 % au cours du trimestre de janvier-mars, a estimé le gouvernement mercredi, alors que la pandémie de coronavirus a fermé une grande partie du pays et a commencé à déclencher une récession qui mettra fin à la plus longue expansion jamais enregistrée.

Pourtant, la baisse du premier trimestre ne sera que le précurseur d’un rapport bien plus sombre à venir sur la période actuelle d’avril-juin, avec des fermetures d’entreprises et des licenciements frappant avec une force dévastatrice. Une grande partie de l’économie étant paralysée, le Bureau du budget du Congrès a estimé que l’activité économique plongera ce trimestre à un taux annuel de 40 %.

Ce serait, de loin, le trimestre le plus sombre depuis que de tels registres ont été établis pour la première fois en 1947. Il serait quatre fois plus important que la pire contraction trimestrielle jamais enregistrée en 1958.

Le ministère du commerce a déclaré que le produit intérieur brut, c’est-à-dire la production totale de biens et de services, a enregistré une baisse trimestrielle pour la première fois en six ans. Et il s’agit de la plus forte chute depuis que l’économie s’est contractée à un taux annuel de 8,4 % au quatrième trimestre 2008, au plus fort de la Grande Récession.

La plus longue expansion économique américaine a pris fin, a déclaré Gregory Daco, économiste en chef à Oxford Economics.

Daco a prédit que la récession provoquerait une baisse de la production qui serait trois fois plus importante que le déclin économique de la Grande Récession, qui a reçu ce nom parce que c’était le pire marasme économique depuis la Grande Dépression des années 1930.

M. Zandi a déclaré qu’il pensait que toute perspective de reprise dépendra de la disponibilité éventuelle d’un vaccin contre les coronavirus. Il ne s’attend pas à ce que l’économie reprenne durablement pied avant le milieu de l’année 2021 et cela suppose qu’un vaccin soit prêt à être utilisé d’ici là.

Je qualifierais cette période de sables mouvants jusqu’à ce que nous ayons un vaccin, a déclaré M. Zandi.

En quelques semaines à peine depuis la mi-mars, des entreprises de tout le pays ont fermé et licencié des dizaines de millions de travailleurs. Des usines et des magasins sont fermés. Les ventes de maisons sont en baisse. Les ménages réduisent leurs dépenses. La confiance des consommateurs s’effondre.

A lire également : Le gouvernement de Delhi gèle les DA et DR pour 220 000 employés et retraités jusqu’en juillet 2021

Le rapport sur le PIB a montré que cette faiblesse était due à la chute des dépenses de consommation, qui représentent 70 % de l’activité économique. Les dépenses de consommation ont chuté à un taux annuel de 7,6 % au cours du premier trimestre, ce qui représente la plus forte baisse depuis 1980.

Les investissements des entreprises ont chuté de 8,6 %, les investissements en équipements ayant baissé de 15,2 %. Le rapport du ministère du commerce a été sa première estimation du PIB pour le trimestre de janvier-mars. Il publiera deux estimations actualisées dans les semaines à venir.

Alors que l’économie glisse vers ce qui semble être une grave récession, l’administration Trump continue de promouvoir l’idée qu’une reprise arrivera rapidement et solidement une fois que la crise sanitaire aura été résolue, ce que certains appellent une reprise en V.

Mais les économistes suggèrent que de nombreux Américains pourraient rester trop craintifs pour voyager, faire des achats dans les magasins ou visiter des restaurants ou des cinémas aussi souvent qu’auparavant.

En outre, les autorités locales et étatiques peuvent continuer à limiter, pour des raisons de santé, le nombre de personnes pouvant se rassembler dans ces lieux à un moment donné, rendant ainsi difficile la survie de nombreuses entreprises. C’est pourquoi certains économistes affirment que les dommages causés par la récession pourraient persister bien plus longtemps que certains ne le pensent.

L’administration Trump a une vision plus optimiste. Le président Donald Trump a déclaré aux journalistes cette semaine qu’il s’attendait à une forte hausse du PIB au troisième trimestre, suivie d’un incroyable quatrième trimestre, et que l’année prochaine sera incroyable.

Le président construit sa campagne de réélection sur l’argument qu’il a construit une économie puissante au cours des trois dernières années et qu’il pourra le faire à nouveau après la résolution de la crise sanitaire.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Damien ROUSSON

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Voir tous les articles de Damien ROUSSON →