18 septembre 2020

La Pologne appelle à un sommet européen extraordinaire pour discuter de la répression post-électorale en Biélorussie

Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a appelé les chefs des institutions européennes à convoquer un sommet extraordinaire sur la Biélorussie, après que de violents affrontements entre les manifestants et les forces de police au sujet d’une élection présidentielle contestée aient secoué la capitale, Minsk.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues du Belarus dimanche soir, après qu’un sondage à la sortie de la télévision d’État ait prédit une victoire écrasante du président sortant Alexandre Loukachenko, qui dirige le pays depuis 1994.

Les chiffres publiés par la Commission électorale centrale (CEC) du pays ont conduit à de violents affrontements à Minsk, des vidéos circulant sur le web montrant les forces de police réprimant les manifestants. La police aurait utilisé des grenades paralysantes, des balles en caoutchouc, du gaz lacrymogène et des canons à eau, tandis qu’au moins un manifestant aurait été tué.

“Les autorités ont fait usage de la force contre leurs citoyens, qui réclament un changement dans le pays. Nous devons soutenir le peuple biélorusse dans sa quête de liberté”, a déclaré M. Morawiecki dans une déclaration lundi.

Le Premier ministre polonais a déclaré qu’il avait écrit à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, et au chef du Conseil de l’UE, Charles Michel, pour demander la tenue d’un sommet spécial.

Le ministère des affaires étrangères du pays a également condamné la violence contre les manifestants et a appelé les autorités biélorusses “à cesser l’escalade de la situation et à commencer à respecter les droits de l’homme fondamentaux”.

“Face aux événements en cours au Belarus, le ministère polonais des affaires étrangères exprime sa profonde inquiétude quant à la pacification brutale des manifestations post-électorales. La réaction brutale, l’utilisation de la force contre des manifestants pacifiques et les arrestations arbitraires sont inacceptables”, a déclaré le ministère polonais des affaires étrangères dans une déclaration.