15 août 2020

La police de Hong Kong arrête plus de 370 personnes pour avoir utilisé leur liberté d’expression

Le premier jour après l’adoption par la Chine de la loi sur la sécurité nationale, la police de Hong Kong a arrêté plus de 370 personnes pour avoir participé à la marche en faveur de la démocratie.

Lors de la marche annuelle en faveur de la démocratie du 1er juillet, plus de 370 personnes ont été arrêtées et la police de Hong Kong a déployé un camion-canon à eau, des boules de poivre et du gaz lacrymogène pour réprimer les manifestants, a rapporté le Hong Kong Free Press. Dix personnes ont été appréhendées pour avoir prétendument enfreint la loi sur la sécurité nationale.

Les protestations ont eu lieu à travers Causeway Bay et Wan Chai. Les manifestants ont scandé “cinq revendications, pas une de moins” et ont chanté l’hymne pro-démocratique “Gloire à Hong Kong”.

Pour museler les voix des manifestants pro-démocratie, la police de Hong Kong avait auparavant interdit la marche annuelle pro-démocratie du 1er juillet. Cependant, les manifestants avaient annoncé qu’ils continueraient à manifester.

Des militants sont descendus dans les rues mercredi, en colère contre la nouvelle loi, alors que la ville fêtait les 23 ans de son passage de la domination britannique à la domination chinoise.

Le Parlement chinois a adopté mardi la loi controversée pour Hong Kong, ignorant le tollé mondial et les protestations de la ville semi-autonome contre cette loi.

Le gouvernement de Hong Kong n’a aucune compétence sur l’agence de sécurité nationale de Hong Kong et son personnel lorsqu’ils s’acquittent de tâches prévues par la loi.

Selon la nouvelle loi, l’incendie criminel et le vandalisme des transports publics dans l’intention d’intimider le gouvernement de Hong Kong ou le gouvernement chinois à des fins politiques constitueront des actes de terrorisme, a rapporté le Hong Kong Free Press.

La loi stipule également que certaines affaires de sécurité nationale seront traitées à huis clos et sans jury à Hong Kong si elles contiennent des secrets d’État, bien que le verdict et les éventuels jugements soient rendus publics. Conformément à la nouvelle loi, Pékin mettra en place un bureau pour la sauvegarde de la sécurité nationale à Hong Kong, avec du personnel envoyé par les agences de sécurité chinoises compétentes.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).