29 octobre 2020

La Grèce veut des sanctions européennes “paralysantes” contre la Turquie

La Grèce souhaite que l’UE prépare des sanctions économiques “paralysantes” contre la Turquie, si celle-ci poursuit les activités de forage illégales prévues au large des îles grecques, a déclaré mardi le ministre des affaires étrangères du pays, Nikos Dendias.

“L’Union européenne est le plus grand partenaire commercial de la Turquie”, a déclaré Dendias à la chaîne privée Star TV, ajoutant que “si elle le veut, elle peut créer un énorme problème pour l’économie turque. Ce n’est pas mon souhait … mais nous devons être clairs”.

Il a ajouté que si la Grèce est attaquée par la Turquie, Athènes invoquera une section du Traité de l’Union européenne de 2009 qui oblige les États membres à fournir aide et assistance à un autre pays de l’UE confronté à une agression armée.

Les commentaires de Dendia ont suivi la première réunion des ministres des affaires étrangères du bloc lundi, puisque Ankara a décidé de convert La Sainte-Sophie d’Istanbul de nouveau dans une mosquée.

Au cours de leur réunion en personne, les ministres ont débattu de plusieurs questions liées à la Turquie, de l’intervention du pays dans la guerre civile en Libye aux activités de forage illégales dans la zone économique exclusive (ZEE) grecque et chypriote en Méditerranée orientale.

Alors que le FM grec fait pression pour des sanctions contre Ankara pour la violation des droits souverains de la Grèce et de Chypre, pour la Commission, imposer des sanctions n’est “en principe” pas sur la table.

Il a été convenu que M. Borrell étudiera “d’autres mesures appropriées qui pourraient être prises en réponse aux défis auxquels nous sommes confrontés en raison des actions turques”, la liste concrète étant attendue pour le mois d’août.