25 octobre 2020

La Grèce clarifie la politique du Covid-19, pour accueillir les touristes de toutes les nations

Les responsables grecs ont déclaré samedi que le pays ne limitera pas le mois prochain l’arrivée des passagers des compagnies aériennes aux personnes venant de 29 pays, mais que les voyageurs qui ont quitté des endroits qui ne figurent pas sur la liste initiale seront soumis à un test obligatoire de dépistage du coronavirus à l’arrivée et à une période de quarantaine d’une ou deux semaines.

La politique à deux niveaux, qui a révisé les informations publiées vendredi par le gouvernement grec, sera appliquée du 15 au 30 juin, bien que les responsables aient laissé ouverte la possibilité de maintenir les restrictions d’entrée après la fin juin, a rapporté l’agence de presse PTI.

De hauts fonctionnaires du ministère du tourisme ont déclaré que le gouvernement devait clarifier l’objectif de la liste des 29 pays pendant la pandémie de coronavirus, en citant une déclaration publiée sur le site web du ministère des affaires étrangères.

Selon les fonctionnaires et le document du ministère des affaires étrangères, un nombre limité de vols internationaux continueront d’être autorisés à atterrir à l’aéroport international d’Athènes uniquement jusqu’au 15 juin. Selon la politique de l’Union européenne, chaque passager à l’arrivée doit subir un test de dépistage du virus et passer la nuit dans un hôtel désigné.

Les visiteurs dont le test est négatif doivent se mettre en quarantaine pendant 7 jours, tandis que ceux dont le test est positif doivent passer 14 jours en quarantaine surveillée.

A VOIR AUSSI : La crise de Covid-19 : L’Angleterre assouplit trop tôt le verrouillage de ses frontières, avertissent les conseillers

La Grèce prend des mesures pour accueillir davantage de visiteurs à temps pour la saison des vacances d’été. À partir du 15 juin, les vols internationaux pourront également atterrir à Thessalonique, la deuxième ville du pays. Ceux des 29 pays désignés, dont la majorité en Europe, seront soumis à des tests aléatoires.

Les passagers de tous les autres pays devront continuer à se faire tester, passer la nuit dans des hôtels spécifiques et être mis en quarantaine pendant sept ou quatorze jours.

Les 29 pays annoncés vendredi sont : Albanie, Australie, Autriche, Macédoine du Nord, Bulgarie, Allemagne, Danemark, Suisse, Estonie, Japon, Israël, Chine, Chypre, Croatie, Lettonie, Liban, Nouvelle-Zélande, Lituanie, Malte, Monténégro, Norvège, Corée du Sud, Hongrie, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, République tchèque et Finlande.

La liste a été établie sur la base d’un document de l’Agence européenne de la sécurité aérienne des aéroports du monde entier “situés dans des zones touchées présentant un risque élevé de transmission de l’infection à Covid-19”.

À partir du 1er juillet, tous les aéroports grecs pouvant accueillir du trafic international seront réouverts aux vols en provenance de l’étranger. À ce moment-là, un dépistage aléatoire du virus s’appliquera à tous les passagers à l’arrivée, à moins que des considérations de santé publique ne dictent un dépistage plus strict, a déclaré un responsable du ministère du tourisme.

En outre, les arrivées internationales par voie maritime seront également autorisées à partir du 1er juillet, également soumises à des tests aléatoires. Les étrangers voyageant par voie terrestre seront également autorisés à entrer en Grèce depuis les pays voisins, l’Albanie, la Bulgarie et la Macédoine du Nord – mais pas la Turquie – et seront soumis à des contrôles aléatoires.

A lire également : l’économie de la zone euro va se contracter de 8 à 12 % cette année : Christine Lagarde

“La Grèce conserve à tout moment le droit de modifier l’un des éléments ci-dessus en fonction de l’évolution des circonstances, indique le document du ministère des affaires étrangères.

La Grèce a imposé un blocage dès le début de l’épidémie de coronavirus, une mesure qui a permis de limiter les infections. Le pays a enregistré un total de 175 décès et 2 915 cas confirmés à la date de samedi. Aucun cas n’a été détecté sur la grande majorité des îles grecques, qui sont des lieux de vacances très prisés.

Le tourisme et les industries connexes représentent environ 20 % de l’économie grecque, et le gouvernement a tenu à s’assurer que la saison touristique ne soit pas perdue cette année. Selon le ministère du tourisme, 350 000 emplois dépendent directement du tourisme, et le double indirectement.

A ce stade, “nous sommes au point zéro” en ce qui concerne la relance du trafic touristique perdu pendant la pandémie, a déclaré un responsable du ministère du tourisme à l’AP, ajoutant qu’il faudra au moins deux ou trois semaines pour voir si les réservations commencent à reprendre.