7 août 2020

La France interdit de facto les engins Huawei 5G d’ici 2028

La France a déclaré aux opérateurs de télécommunications qui prévoient d’acheter des équipements Huawei 5G qu’ils ne pourront pas renouveler les licences pour ces équipements lorsqu’elles arriveront à expiration, ont rapporté les médias locaux.

La France devient ainsi le dernier pays occidental à bloquer l’entreprise chinoise de son infrastructure 5G. L’ANSSI, l’agence nationale française de cybersécurité, a déclaré aux opérateurs qu’elle n’accorderait des licences autorisant l’utilisation des équipements Huawei que pour une durée de 3 à 8 ans. Les licences ne seront pas renouvelées une fois qu’elles auront expiré.

Les tensions entre la France et la Chine se sont intensifiées ces derniers mois en raison du coronavirus, de la nouvelle loi de sécurité nationale de Hong Kong et du traitement réservé par la Chine à la minorité musulmane ouïghoure.

Les États-Unis ont fait pression sur leurs alliés pour qu’ils interdisent Huawei, craignant que son équipement 5G ne permette au gouvernement chinois d’espionner d’autres nations. En mai, Washington a interdit la technologie américaine pour les puces de processeur chinoises.

En janvier, le Royaume-Uni a autorisé Huawei à jouer un rôle limité dans les réseaux 5G britanniques, niant ainsi les efforts des États-Unis pour interdire la société. Huawei s’est vu interdire de fournir des kits aux “parties sensibles” du réseau, connues sous le nom de “core”. Cependant, la semaine dernière, le Royaume-Uni est revenu sur sa décision et a interdit aux sociétés de télécommunications d’acheter de nouveaux équipements fabriqués par Huawei. Le gouvernement a donné aux entreprises jusqu’en 2027 pour retirer sa technologie de leurs réseaux 5G.

L’ANSSI devrait recommander des contrats 5G avec la société suédoise Ericsson et la société finlandaise Nokia.