20 septembre 2020

La délégation officielle tchèque à Taïwan exaspère Pékin

Le président du Sénat tchèque, Milos Vystrcil, dirigera une délégation d’environ 90 personnes, dont le maire de Prague, Zdenek Hrib, qui se rendra à Taiwan du 30 août au 4 septembre, une initiative à laquelle s’oppose la Chine continentale.

La République tchèque a des relations diplomatiques avec la Chine, et le chef de son Sénat est le deuxième plus haut fonctionnaire après le président du pays selon la Constitution.

Un total de 70 dirigeants du Parlement européen, des États-Unis, du Canada et de l’Australie ont publié mardi une déclaration soutenant la visite de la délégation tchèque et dénonçant la pression exercée par la Chine pour saborder le voyage.

La déclaration commune a condamné les tentatives des “diplomates guerriers loups” de la Chine de saboter la visite à Taiwan. Elle a ajouté que la République tchèque “a le droit de développer des relations économiques et culturelles avec Taïwan” et que Vystrcil n’a pas besoin de “l’approbation” de la Chine pour visiter l’île.

Le Sénat tchèque a rendu furieux la Chine en décidant d’adopter une résolution demandant à ce pays de se retirer du traité d’extradition avec Hong Kong au vu de la loi de sécurité nationale de la ville, que beaucoup considèrent comme la fin de la formule “un pays, deux systèmes”.

Vystrcil doit prononcer un discours à l’Université nationale de Chenghi le 31 août, où il devrait partager ses vues non seulement sur les liens économiques et commerciaux, mais aussi sur la démocratie, la liberté et les questions sociales.