5 août 2020

La compagnie aérienne Lufthansa va réduire sa direction et supprimer 1000 emplois administratifs

La compagnie aérienne allemande Lufthansa va supprimer 20 % de ses positions de leader et 1 000 emplois administratifs dans le cadre d’un plan de restructuration qu’elle a annoncé mardi pour faire face aux retombées de la crise du coronavirus.

Le groupe Lufthansa, qui emploie environ 138 000 personnes, a déclaré qu’il réduirait également de moitié ses investissements dans de nouveaux avions, tout en précisant qu’il pourrait encore ajouter jusqu’à 80 nouveaux avions d’ici 2023.

Le mois dernier, les actionnaires ont soutenu un plan de sauvetage gouvernemental de 9 milliards d’euros (10,2 milliards de dollars), garantissant l’avenir du transporteur phare allemand après qu’il ait été au bord de l’effondrement en raison de la baisse des voyages provoquée par la pandémie.

Lufthansa a déclaré mardi qu’elle souhaitait réduire les prêts et les participations du gouvernement dès que possible afin d’éviter une augmentation des charges d’intérêt, ajoutant que des taux plus élevés augmenteraient la charge financière de l’entreprise et exigeraient davantage de réductions de coûts.

La compagnie aérienne a déclaré qu’elle avait du personnel dans 22 000 postes à plein temps dont elle n’avait plus besoin, mais qu’elle essaierait d’éviter les licenciements forcés.

La Lufthansa a déclaré qu’elle essayait de parvenir à un accord avec les syndicats sur les plans de licenciement, mais qu’elle n’avait réussi jusqu’à présent qu’avec le syndicat OVNI représentant le personnel de cabine allemand. Elle a déclaré qu’elle était toujours en pourparlers avec les syndicats représentant les pilotes et le personnel au sol.

La compagnie a déclaré qu’elle accélérerait les plans de longue date visant à faire de sa compagnie aérienne principale, Lufthansa, une entité corporative distincte, dans le but de donner à l’unité une direction plus claire, a déclaré un porte-parole.

La Lufthansa a décidé en avril de réduire de 100 appareils sa flotte d’environ 760 appareils et de ne pas reprendre les activités de son transporteur à bas prix Germanwings.

Elle a déclaré mardi qu’elle avait déjà éliminé 22 appareils, dont six Airbus A380, 11 Airbus A320 et cinq Boeing 747-400.