14 août 2020

La compagnie aérienne latino-américaine LATAM Airlines demande la protection de la loi sur les faillites aux États-Unis

La plus grande compagnie aérienne d’Amérique latine, LATAM Airlines Group SA, a déclaré mardi que la compagnie et ses filiales au Chili, au Pérou, en Colombie, en Équateur et aux États-Unis ont demandé la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux États-Unis.

Le LATAM est la dernière entreprise victime de la pandémie de coronavirus qui a pratiquement mis un terme aux voyages aériens, rejoignant la société colombienne Avianca Holdings SA et la société australienne Virgin Australia Holdings Ltd sous la protection de la loi sur les faillites alors qu’elle cherche à restructurer sa dette, a rapporté l’agence Reuters.

“Nous avons mis en œuvre une série de mesures difficiles pour atténuer l’impact de cette perturbation sans précédent de l’industrie, mais en fin de compte, cette voie représente la meilleure option”, a déclaré Roberto Alvo, directeur général de la LATAM, dans un communiqué.

La compagnie aérienne continuera à voler tant qu’elle sera sous la protection de la loi sur les faillites et ses filiales en Argentine, au Brésil et au Paraguay n’ont pas été incluses dans la demande de protection au titre du chapitre 11.

Le transporteur américain Delta Air Lines Inc est le principal actionnaire de LATAM, ayant payé l’année dernière 1,9 milliard de dollars pour une participation de 20 % en période de prospérité pour le secteur.

A lire également : l’InterGlobe de Rahul Bhatia ne figure pas sur la liste des prétendants de Virgin Australia

La LATAM a déclaré qu’elle avait obtenu des fonds d’autres actionnaires importants, notamment des familles Cueto et Amaro et de Qatar Airways, pour fournir jusqu’à 900 millions de dollars de financement de débiteur en possession de ses biens.

“Dans la mesure permise par la loi, le groupe accueillerait volontiers d’autres actionnaires intéressés à participer à ce processus pour fournir un financement supplémentaire”, a déclaré la compagnie aérienne, ajoutant qu’elle disposait d’environ 1,3 milliard de dollars en liquidités.

LATAM a répertorié des actifs et des passifs de l’ordre de 10 à 50 milliards de dollars, selon un dossier déposé auprès du tribunal des faillites du district sud de New York.

La compagnie aérienne a été déclassée par S&P et Fitch vendredi après que la compagnie ait confirmé qu’elle ne payait pas les intérêts et le capital sur trois tranches de certificats d’équipement amélioré d’un milliard de dollars pour 2015.

Le LATAM, formé lorsque le LAN chilien a fusionné avec le TAM brésilien en 2012, a déclaré que ses filiales brésiliennes sont en discussion avec le gouvernement brésilien sur les prochaines étapes et le soutien financier pour les opérations dans le pays.