10 août 2020

La Chine va retirer de la liste un nombre record d’entreprises pour assurer la “survie du plus apte”.

Après avoir commencé à retirer 26 entreprises de la cote cette année, l’autorité chinoise de régulation des marchés financiers s’apprête à retirer un nombre record d’entreprises de la bourse, tenant compte d’un message du vice-premier ministre Liu He pour assurer la “survie des plus forts”.

M. Liu a insisté sur l’urgence d’éliminer les mauvaises sociétés de la bourse lors d’une réunion du Conseil d’État samedi, annonçant un changement d’approche pour le régulateur, qui n’a retiré de la cote que 110 sociétés entre 2001 et 2018.

La Chine a introduit un système de type américain pour faciliter l’inscription à la cote de la start-up ChiNext de Shenzhen. Le système a d’abord été adopté par le marché STAR de Shanghai, axé sur la technologie.

“Si vous élargissez l’entrée, vous devez également élargir la sortie”, a déclaré Tang Zhehui, associé du cabinet d’expertise comptable EY, en commentant la nécessité de rationaliser la radiation de la cote également.

Ce changement devrait également améliorer la culture d’investissement de la Chine, car dans le passé, les spéculateurs achetaient des sociétés cotées moribondes dans l’espoir qu’elles seraient sauvées par des chevaliers blancs et ne seraient jamais retirées de la cote, a-t-il ajouté.

Parmi les 26 sociétés qui, selon les données de Refinitiv, sont en passe d’être radiées de la liste, on trouve d’anciennes sociétés très performantes comme Leshi, une entreprise de services d’information sur Internet, ainsi que certaines sociétés frauduleuses.

A VOIR AUSSI : 49% des Indiens veulent que les entreprises chinoises s’assurent qu’elles ne partagent pas leurs données avec la Chine : Enquête

“Certaines sociétés cotées en bourse se détériorent en raison de changements dans l’environnement économique ou d’une mauvaise gestion”, a déclaré Zizheng Wang, gestionnaire de portefeuille d’UBS Asset Management basé à Shanghai.

“Si vous les éliminez, le marché évoluera et deviendra plus sain.”

Terence Lin, associé principal de la banque d’investissement TRSD Capital, basée à Shanghai, a déclaré que le régulateur chinois avait été beaucoup moins rigoureux que son homologue américain.

“Aux États-Unis, si vous falsifiez des livres ou ne soumettez pas de documents, vous serez mis à la porte. Les règles sont très strictes”, a déclaré M. Lin.

“Mais en Chine, beaucoup de ces entreprises restent cotées en bourse et beaucoup, beaucoup d’investisseurs de détail en sont victimes.”

Cela pourrait changer, car les autorités chinoises de réglementation renforcent les règles de radiation de la liste.

Dans le cadre d’une opération de grande envergure visant les entreprises dites “poubelles”, la Bourse de Shanghai retirera la semaine prochaine les actions bénéficiant d’un “traitement spécial” (ST) de son indice de référence. Une action est étiquetée “ST” après que les régulateurs aient signalé qu’elle risquait d’être retirée de la cote ou qu’elle comportait des “risques d’investissement”.