13 juillet 2020

La Chine impose des restrictions de visa aux fonctionnaires américains sur les questions relatives à Hong Kong

Alors que l’opinion mondiale se retourne contre la décision de la Chine d’imposer une loi de sécurité nationale à Hong Kong, Pékin impose une interdiction de visa à certains fonctionnaires du gouvernement américain.

Selon le South China Morning PostEn effet, Pékin a imposé des restrictions en matière de visas aux fonctionnaires américains qui se sont “extrêmement mal comportés” sur la question de Hong Kong.

Auparavant, les États-Unis avaient imposé des restrictions en matière de visas à l’encontre des responsables du Parti communiste chinois (PCC) en représailles à la politique de Pékin à Hong Kong.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait déclaré : “Le président Trump a promis de punir les responsables du Parti communiste chinois (PCC) qui étaient chargés d’éviscérer les libertés de Hong Kong. Aujourd’hui, nous prenons des mesures pour y parvenir”.

“Les actions continues de Pékin sapent les engagements et les obligations de la déclaration conjointe sino-britannique de respecter le haut degré d’autonomie de Hong Kong. Dans le même temps, Pékin continue de saper les droits de l’homme et les libertés fondamentales à Hong Kong en faisant pression sur les autorités locales pour qu’elles arrêtent les militants pro-démocratie et disqualifient les candidats aux élections pro-démocratie”, a-t-il ajouté.

Depuis juin 2019, les protestations à Hong Kong ont lieu sporadiquement à Hong Kong, les manifestants prétendant s’opposer à l’influence croissante de la Chine sur la région administrative spéciale.

La dernière vague de protestations a été provoquée par un projet de loi sur la sécurité spécialement conçu par Pékin pour Hong Kong.

La législation en matière de sécurité, qui interdit les activités sécessionnistes, entre autres, est considérée par les résidents de Hong Kong comme une atteinte à leurs libertés. Cependant, tant les dirigeants de Hong Kong que le gouvernement central affirment que le projet de loi n’affectera pas les droits légitimes des résidents. Pékin maintient que les troubles à Hong Kong sont le résultat d’une ingérence internationale et s’engage à respecter le principe “un pays, deux systèmes”.