20 septembre 2020

La Biélorussie, leader parmi les 118 pays de la liste des sanctions de la Lituanie

La Lituanie a proposé une liste de sanctions à l’encontre des personnes qu’elle tient pour responsables du trucage des votes et des violences contre les manifestants pacifiques du Belarus voisin.

La liste comprend le président biélorusse Alexandre Loukachenko, qui dirige le pays depuis 1994 et a remporté une victoire écrasante aux élections du 9 août. Le vote, dénoncé par des fonctionnaires de l’UE, a été suivi de protestations massives et d’une répression policière brutale.

L’opposition affirme que le principal challenger de Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaya, a été le vainqueur légitime et souhaite de nouvelles élections. Tikhanovskaya, qui n’a obtenu que 10% des voix, a déménagé en Lituanie, qui lui a donné refuge.

Le ministère lituanien des affaires étrangères a proposé mercredi des sanctions contre 118 personnes soupçonnées d’avoir participé à la répression. Trente d’entre elles sont soupçonnées de truquage des votes au Belarus.

La liste comprend des personnes responsables de “l’usage de la violence et, éventuellement, même de crimes contre leurs citoyens”, a déclaré le ministre lituanien des affaires étrangères Linas Linkevicius, cité par les médias locaux. Il a ajouté que des membres de la police spéciale biélorusse, des services secrets biélorusses, du bureau du procureur et de la commission électorale du pays figuraient sur la liste des sanctions.

Le 19 août, le Conseil de l’UE a publié une déclaration rejetant le résultat de l’élection mais s’abstenant de demander un nouveau vote. Le Conseil a déclaré qu’il imposerait “prochainement” des sanctions contre un “nombre important” d’individus responsables de violences, de répression et de falsification des résultats électoraux. Toutefois, cela pourrait ne pas se produire avant septembre.