19 octobre 2020

La Belgique assouplit les restrictions sur les coronavirus malgré la recrudescence des cas

La Belgique assouplit certaines restrictions sur les coronavirus à partir du 1er octobre, a annoncé mercredi la première ministre du pays, Sophie Wilmes, malgré une augmentation des cas de COVID-19 dans tout le pays.

Selon les nouvelles lignes directrices, les masques faciaux ne seront pas obligatoires dans les espaces publics, sauf dans les rues très fréquentées ou dans les endroits où il n’est pas possible de garder une distance physique, mais les gens devront toujours les porter dans les magasins, les cinémas et les transports publics. Actuellement, les masques faciaux sont obligatoires en tout lieu et à tout moment.

“Nous devons reconnaître qu’il est inutile de l’imposer [masks] partout, à chaque fois”, a déclaré M. Wilmes aux journalistes lors d’une conférence de presse.

Pour les personnes susceptibles d’être infectées par le virus mais asymptomatiques, la période de quarantaine sera réduite de 14 à 7 jours, et dans ces circonstances, les personnes doivent se faire tester immédiatement. Il en va de même pour les personnes présentant des symptômes du virus.

“Si le test est positif, alors vous avez le COVID-19. L’isolement continue”, a déclaré M. Wilmes. “Si le test est négatif, alors dès que votre situation clinique le permet, vous pouvez arrêter de vous isoler”, a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne la “bulle sociale”, les personnes sont autorisées à avoir des contacts avec autant de personnes qu’elles le souhaitent, à condition de garder leurs distances à tout moment et, si cela n’est pas possible, de porter un masque. Toutefois, lorsqu’il s’agit de rencontrer des personnes au même endroit et au même moment, elles ne sont pas autorisées à rencontrer plus de dix personnes.

Le télétravail est toujours recommandé.

En début de semaine, le gouvernement a annoncé qu’à partir de vendredi, l’interdiction de voyager dans les pays et villes marqués comme “zones rouges” ne sera plus interdite, mais fortement déconseillée. Cela signifie que les voyages vers ces zones sont autorisés, mais qu’à leur retour, les personnes devront s’isoler et passer un test COVID-19 le 5e jour.

Le gouvernement a pris cette décision après avoir consulté les experts, qui ont confirmé que le nombre de cas continue d’augmenter, mais à un rythme plus lent.