15 août 2020

La Banque fédérale se concentre sur les prêts d’or dans le cadre du Covid-19 pour stimuler la demande de crédit

La Banque fédérale se concentre sur des prêts d’or plus sûrs dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et espère croître plus rapidement que l’année dernière dans ce segment, car la demande d’autres crédits ralentit, a déclaré un haut responsable.

L’approbation par le conseil d’administration de la banque de lever jusqu’à 12.000 roupies de capital est seulement une résolution d’habilitation qui sera présentée aux actionnaires, et la banque n’acceptera un appel à l’injection de fonds qu’au début de 2021, a déclaré récemment à PTI son directeur général et administrateur délégué Shyam Srinivasan.

La banque vise à ce que la croissance des prêts d’or atteigne 35 % durant l’année fiscale 21, contre 29 % pour l’année fiscale 20, a déclaré M. Srinivasan.

A 9 600 roupies, le portefeuille de prêts en or de la banque représente environ 8 % du portefeuille de prêts global, et il y a largement la place pour le développer, puisqu’il représentait 15 % du portefeuille au plus fort de la crise, a-t-il dit.

Interrogé sur les risques, il a déclaré que le seul défi concerne les questions opérationnelles comme le contrôle de la qualité et de la sécurité de l’or, et a ajouté que du point de vue des prêts, la banque ne va pas au-delà de 70 % de la valeur des prêts.

A lire également : La Banque fédérale va racheter à IDBI Bank une participation supplémentaire de 4% dans sa JV pour 80 millions de roupies

La croissance des prêts d’or au cours du trimestre de juin atteindra à elle seule 5 %, malgré les difficultés comme les fermetures et la fermeture continue pendant 12 jours du marché clé du Tamil Nadu, a-t-il déclaré.

On peut noter que beaucoup de prêteurs se concentrent sur les prêts d’or dans les circonstances actuelles, où la hausse du prix de l’or due à la volatilité des marchés financiers réconforte les prêteurs, mais M. Srinivasan a déclaré que la concurrence n’est pas une grande préoccupation pour la banque car elle a un ensemble unique de clients en dehors.

En ce qui concerne la demande de prêts et la croissance globale, il a déclaré qu’il faut du temps pour que la situation s’éclaircisse, car les infections virales continuent à se développer, et il a espéré que la clarté ne se manifesterait que vers la fin de l’année civile.

La première moitié de l’exercice sera difficile, a-t-il dit, en faisant référence aux blocages et à l’impact ultérieur sur la demande comme étant les facteurs qui entravent la croissance, et il a ajouté que la banque augmenterait son portefeuille de prêts global d’environ 8 % pour l’exercice 21 contre 11 % pour l’exercice 20.

Il a déclaré que la banque se concentrait sur les prêts liés aux programmes gouvernementaux, comme celui destiné aux petites entreprises, qui est assorti d’une garantie de l’Etat.

M. Srinivasan a cependant refusé de commenter lorsqu’on lui a demandé s’il craignait une détérioration de la qualité des actifs à l’avenir, en disant que la situation ne s’éclaircira que lorsque les moratoires seront terminés.

“Septembre est le nouveau mois de mars”, a-t-il déclaré, en référence au mois de fin d’exercice financier, qui donne une image claire des livres des banques.

“Les emprunteurs étaient à la fois prêts à rembourser et capables de le faire plus tôt. Bien que la volonté de payer n’ait augmenté qu’en raison de l’humilité que la crise a apportée, en sont-ils capables”, a demandé M. Srinivasan, soulignant le fléchissement des niveaux d’activité des entreprises au cours des derniers mois.

La banque se concentre sur la conservation de son capital et sur l’innovation pour réduire les coûts, a-t-il déclaré.

L’adéquation globale des fonds propres de la banque est saine, à plus de 14 %, et ne nécessitera aucune injection avant le début de 2021, a-t-il déclaré, ajoutant qu’elle n’a pris qu’une résolution d’habilitation pour la collecte de fonds et que celle-ci ne sera décidée qu’au début de 2021.