18 septembre 2020

La BAD estime que le coronavirus réduira de plus de 100 milliards de dollars les envois de fonds dans le monde en 2020

Les envois de fonds à travers le monde pourraient diminuer de 108,6 milliards de dollars cette année, alors que les pertes d’emplois s’accumulent et que les employeurs réduisent les salaires dans le contexte d’une pandémie de Covid-19 qui a dévasté les économies, selon un rapport de la Banque asiatique de développement.

L’argent envoyé en Asie, d’où proviennent environ un tiers des travailleurs migrants dans le monde, pourrait diminuer de 54,3 milliards de dollars, soit environ un cinquième des envois de fonds de base, a déclaré le prêteur basé à Manille dans le rapport publié lundi.

Les envois de fonds vers l’Asie et le Pacifique, qui se sont élevés à 315 milliards de dollars en 2019, contribuent à alimenter la croissance tirée par la consommation de certaines économies en développement de la région, dont les Philippines.

“La pandémie de Covid-19 devrait frapper durement les envois de fonds en Asie et dans le Pacifique”, selon le rapport de la BAD.


A lire également : La Banque asiatique de développement approuve une subvention de 22 Rs à l’Inde pour combattre le Covid-19

Les pays confrontés à des effets “plus graves” sont ceux où la part des envois de fonds dans le produit intérieur brut et les envois de fonds par habitant sont élevés, comme les Tonga, Samoa et d’autres nations du Pacifique, a-t-il déclaré.

La Géorgie, le Kirghizstan et le Tadjikistan, qui envoient un grand nombre de migrants saisonniers et de longue durée principalement en Russie et en Europe, seront également durement touchés, ainsi que le Népal et les Philippines, selon le rapport.

“Le scénario le plus pessimiste suppose que la lutte contre l’épidémie au niveau national et la reprise des activités économiques prennent un an”, a-t-il déclaré. “L’incertitude plane sur le moment de la reprise complète, même si les mesures de verrouillage sont levées”.

L’Asie en développement, un groupe de 45 pays de la région Asie-Pacifique, devrait enregistrer cette année sa plus faible croissance depuis près de six décennies, a déclaré le prêteur dans son rapport sur les perspectives de développement de l’Asie publié en juin.