15 août 2020

Koweït : 800 000 Indiens pourraient devoir partir car le pays approuve la loi sur les expatriés

Un total de 8 Indiens lakh pourraient être contraints de quitter le Koweït, car la commission de l’Assemblée nationale a approuvé un projet de loi sur les quotas d’expatriés visant à réduire le nombre de travailleurs étrangers dans le pays du Golfe.

La commission juridique et législative de l’Assemblée nationale a déterminé que le projet de loi sur les quotas d’expatriés est constitutionnel.

Selon le projet de loi, les Indiens ne devraient pas dépasser 15 % de la population. Cela pourrait entraîner le départ de 800 000 Indiens du Koweït, car la communauté indienne constitue la plus grande communauté d’expatriés du pays, avec un total de 1,45 million, a rapporté le Gulf News, citant un journal koweïtien.

La population actuelle du Koweït est de 4,3 millions d’habitants, dont 1,3 million de Koweïtiens et 3 millions d’expatriés.

Dans un contexte de chute des prix du pétrole et de pandémie de coronavirus, la rhétorique anti-expat a connu un pic, les législateurs et les responsables gouvernementaux appelant à réduire le nombre d’étrangers au Koweït.

Le mois dernier, le Premier ministre koweïtien, Cheikh Sabah Al Khalid Al Sabah, a proposé de réduire le nombre d’expatriés de 70 à 30 % de la population, selon le rapport.

Le président de l’Assemblée, Marzouq Al-Ghanem, a déclaré à la télévision koweïtienne que lui et un groupe de législateurs soumettront à l’Assemblée un projet de loi complet appelant à une réduction progressive des expatriés au Koweït.

Le Koweït a un réel problème dans sa structure démographique, où 70 % sont des expatriés, a déclaré le président, ajoutant que le plus grave est que 1,3 million des 3,35 millions d’expatriés “sont soit illettrés, soit savent simplement lire et écrire”, des personnes dont le Koweït n’a pas vraiment besoin, a rapporté le Kuwait Times.

“Je comprends que nous recrutons des médecins et de la main-d’œuvre qualifiée et non des travailleurs non qualifiés. C’est une indication qu’il y a une distorsion. Les négociants en visas ont contribué à augmenter ce chiffre, a déclaré M. Ghanem.

Le Président a déclaré que le projet de loi qu’ils ont l’intention de déposer proposera de plafonner le nombre d’expatriés, dont le nombre doit diminuer progressivement en précisant que cette année les expatriés seront 70 %, l’année prochaine 65 % et ainsi de suite, selon le rapport.

Le projet de loi sur les quotas d’expats va maintenant être renvoyé à la commission concernée pour examen. Il stipule que la communauté des expatriés indiens ne devrait pas dépasser 15 % de la population nationale, ce qui signifie qu’environ 800 000 d’entre eux pourraient être obligés de quitter le Koweït, a rapporté Arab News.

Selon l’ambassade de l’Inde au Koweït, environ 28 000 Indiens travaillent pour le gouvernement koweïtien à divers postes, comme infirmiers, ingénieurs dans les compagnies pétrolières nationales et quelques-uns comme scientifiques.

La majorité des Indiens (5,23 Lakh) sont déployés dans le secteur privé. En outre, il y a environ 1,16 lakh à charge. Sur ce nombre, environ 60 000 étudiants indiens étudient dans 23 écoles indiennes du pays.

Le projet de loi va maintenant être transféré à la commission respective afin qu’un plan global soit créé. Il propose des quotas similaires pour les autres nationalités. Le Koweït est une des principales sources de transferts de fonds pour l’Inde. En 2018, l’Inde a reçu près de 4,8 milliards de dollars du Koweït sous forme de transferts de fonds.

Les étrangers ont représenté la majorité des cas de COVID-19 au Koweït, la maladie se propageant parmi les travailleurs migrants vivant dans des logements surpeuplés.

Selon les dernières données de l’université Johns Hopkins, plus de 49 000 cas de coronavirus ont été signalés au Koweït. Au niveau mondial, plus de 5 lakh sont morts et plus de 11 millions ont été infectés par le COVID-19.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).