3 août 2020

J&J va cesser de vendre de la poudre pour bébé aux États-Unis et au Canada après une réévaluation de son portefeuille

Johnson & Johnson a annoncé mardi qu’elle cesserait de vendre sa poudre pour bébé Johnson’s Baby Powder à base de talc aux États-Unis et au Canada, prenant cette décision après une “réévaluation du portefeuille de produits de consommation liés à Covid-19”.

Le conglomérat américain de la santé a déclaré qu’il réduirait les ventes du produit, qui représente environ 0,5 % de son activité de santé grand public aux États-Unis, dans les mois à venir, mais que les détaillants continueraient à vendre les stocks existants, a rapporté l’agence Reuters.

J&J fait face à plus de 16 000 poursuites judiciaires de la part de consommateurs qui affirment que ses produits à base de talc, dont la poudre pour bébé Johnson’s, ont causé leur cancer. La majorité d’entre elles sont en instance devant un juge de district américain dans le New Jersey.

Les poursuites allèguent que les produits à base de talc de la société ont été contaminés par de l’amiante, un cancérigène connu. J&J a déclaré qu’elle “reste fermement convaincue de l’innocuité de la poudre pour bébé Johnson’s à base de talc”, citant “des décennies d’études scientifiques”.

En avril, un juge du New Jersey a décidé que les milliers de plaignants qui affirment que les produits à base de talc de J&J ont causé le cancer peuvent poursuivre leurs démarches, mais qu’il y a des limites aux témoignages d’experts qui seront autorisés dans les procès.

A VOIR AUSSI : Johnson & Johnson prévoit de tester son vaccin Covid-19 sur l’homme d’ici septembre

En décembre, J&J a déclaré que ses tests n’avaient pas trouvé d’amiante dans sa poudre pour bébé après que des tests effectués par la Food and Drug Administration américaine aient découvert des traces. Le test de la FDA a incité J&J à rappeler un lot de poudre pour bébé Johnson en octobre.

“La demande de poudre pour bébé Johnson’s à base de talc en Amérique du Nord a diminué en grande partie à cause des changements dans les habitudes de consommation et alimentée par la désinformation sur la sécurité du produit et un barrage constant de publicité pour les litiges”, a déclaré J&J dans un communiqué.

es dossiers internes de l’entreprise, les témoignages au procès et d’autres preuves montrent que, de 1971 au début des années 2000 au moins, le talc brut et les poudres finies de l’entreprise ont parfois donné des résultats positifs pour de petites quantités d’amiante.

J&J a déclaré à plusieurs reprises que ses produits à base de talc sont sûrs, et que des décennies d’études ont montré qu’ils sont sans amiante et qu’ils ne provoquent pas de cancer.

J&J a déclaré qu’elle continuera à vendre de la poudre pour bébé à base d’amidon de maïs en Amérique du Nord, et qu’elle vendra ses produits à base de talc et d’amidon de maïs sur d’autres marchés dans le monde.