22 octobre 2020

Je n’ai pas envie de parler à la Chine” : Donald Trump sur la phase 2 de l’accord commercial

Le président Donald Trump a déclaré mardi qu’il n’était pas intéressé par un entretien avec la Chine concernant la phase 2 de l’accord commercial.

“Je ne suis pas intéressé pour l’instant à parler à la Chine”, a déclaré M. Trump dans une interview à CBS News. “Nous avons conclu un accord commercial important. Mais dès que l’accord a été conclu, l’encre n’était même pas sèche et ils nous ont frappé avec la peste”.

Trump et le président chinois Xi Jinping ont signé l’accord de la première phase en janvier. Les deux parties ont décrit le pacte comme un accord de première phase, qui sera suivi de nouvelles négociations en vue d’un accord plus étendu dans une deuxième et éventuellement une troisième phase.

Les deux plus grandes économies du monde n’ont jamais fixé de calendrier pour la deuxième phase, mais les négociations commerciales ont rapidement été reléguées au second plan, les pays du monde entier étant aux prises avec la pandémie de coronavirus.

Pendant des mois, M. Trump a reproché à la Chine d’avoir envoyé le coronavirus aux États-Unis, affirmant que la Chine doit être “tenue responsable” de ne pas avoir réussi à contenir la maladie. La pandémie a fait payer un lourd tribut à l’économie américaine, mettant en danger les espoirs de réélection de M. Trump en novembre. La Chine s’est engagée à augmenter ses achats de produits agricoles et manufacturés, d’énergie et de services américains de 200 milliards de dollars (159 milliards de livres) sur deux ans dans le cadre de la phase 1 de l’accord commercial, mais M. Trump a déclaré que la pandémie avait modifié son point de vue sur l’accord.

LISEZ AUSSI : “La peste chinoise” n’aurait pas dû se produire, ils l’ont laissé faire : Atout

A la Maison Blanche, M. Trump a annoncé qu’il avait signé une loi et un décret pour tenir la Chine responsable de la loi de sécurité nationale “oppressive” qu’elle a imposée à Hong Kong.

La mesure approuvée par le Congrès, la dernière d’une série de mesures visant à augmenter la pression sur Pékin, donne à l’administration de Trump le pouvoir de pénaliser les banques qui font des affaires avec des fonctionnaires chinois qui appliquent la nouvelle loi de Pékin sur la sécurité nationale à Hong Kong.

A lire également : Les signes avant-coureurs d’une loi suspendant les privilèges américains à Hong-Kong et la Chine

M. Trump a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de parler au président chinois Xi Jinping.

Même avant le début de la pandémie de coronavirus, peu d’observateurs du commerce à Washington s’attendaient à ce que la phase 2 des négociations porte ses fruits avant les élections de 2020.

Les retombées économiques de la pandémie ont également rendu de plus en plus improbable que la Chine atteigne ses objectifs d’augmentation des achats de produits américains dans le cadre de l’accord de la première phase, ce qui alimente les doutes quant aux perspectives de nouvelles négociations.

En 2019, les États-Unis ont enregistré un déficit commercial de 308 milliards de dollars en biens et services avec la Chine, car les États-Unis importent beaucoup plus de biens qu’ils n’en exportent. Ce déficit a peu changé depuis 2016, date de l’entrée en fonction de M. Trump, mais il est en recul par rapport au déséquilibre de près de 380 milliards de dollars atteint en 2018.



(Avec des contributions de Reuters et d’ANI)