22 septembre 2020

Hong Kong commence les tests COVID-19 en masse

Hong Kong a commencé mardi à faire passer des tests de dépistage du coronavirus à tous ses habitants, alors que l’initiative menée par la Chine continentale se heurte au scepticisme de la communauté médicale et du public de la ville.

Cette initiative est la première aide directe des autorités sanitaires chinoises pour la ville semi-autonome. En juin, Pékin a imposé une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, ce qui a déclenché de violentes protestations et des affrontements avec les forces de sécurité. Les militants des droits de l’homme affirment que le renforcement des contrôles chinois, y compris la nouvelle loi, étouffe la démocratie.

La dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré que les tests étaient nécessaires pour trouver les transmissions invisibles au sein de la société : “Notre pouvoir vient de l’autorisation du gouvernement central à Hong Kong”, a-t-elle déclaré. Ses commentaires ont suscité des inquiétudes quant au fait que la ville a pris un tournant plus autoritaire.

Certains militants de la démocratie ont laissé entendre que l’ADN des gens serait prélevé et exploité sous le couvert de tests. Le gouvernement a rejeté cette proposition en disant qu’aucun échantillon ne serait prélevé dans la ville.

Près de 600 000 personnes se sont inscrites pour le dépistage gratuit, dans cette ville de 7,5 millions d’habitants. Les autorités ont déclaré que le nombre de tests devrait passer de 12 000 à 500 000 par jour.