7 août 2020

fera des efforts pour assurer l’unité nationale, l’intégrité territoriale : Premier ministre du Népal

Le Premier ministre K P Sharma Oli a déclaré vendredi qu’il ferait “tous les efforts possibles” pour consolider l’unité nationale et protéger l’intégrité territoriale du Népal et a affirmé qu’il était du devoir du parti communiste au pouvoir et de ses dirigeants de résoudre les questions et les différends internes.

Une réunion cruciale du parti communiste au pouvoir pour décider de l’avenir politique d’Oli a été reportée pour la quatrième fois vendredi, en raison des inondations dans le pays, des appels à sa démission en raison de son style de fonctionnement et des déclarations anti-Inde.

La réunion du puissant Comité permanent du Parti communiste népalais, composé de 45 membres, devait se tenir vendredi. Mais elle a été reportée d’une semaine au dernier moment. Dans son discours à la nation, Oli a déclaré que “de tels débats, discussions et différences sont normaux au sein d’un parti politique”.

“Je vous assure que je ferai tous les efforts possibles pour consolider l’unité nationale, protéger la république démocratique et élever la fierté nationale”, a-t-il déclaré.

“Je m’engagerai également à protéger la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale. Tous mes efforts visent à sauver la vie des gens et leurs biens en cas de catastrophe”, a-t-il déclaré.

“Le gouvernement sous ma direction ne déviera pas de son devoir de protéger le peuple contre les catastrophes et la faim”, a-t-il déclaré.

Au moins 22 personnes ont été tuées lors de multiples glissements de terrain dans les districts de Kaski, Lamjung et Rukum, dans la région occidentale du pays. C’est la quatrième fois que la réunion cruciale du PCN est reportée. Mercredi, la réunion a été reportée à vendredi.

A lire également : L’Inde et la Chine s’accordent sur un désengagement complet des troupes de l’est du Ladakh

Les principaux dirigeants du PCN, dont l’ancien Premier ministre Pushpa Kamal Dahal ”Prachanda”, ont exigé la démission du Premier ministre Oli”, déclarant que ses récentes remarques anti-indiennes n’étaient “ni politiquement correctes ni diplomatiquement appropriées”.

Les différences entre les deux factions du PCN, l’une dirigée par Oli et l’autre par le président exécutif du parti ”Prachanda” sur la question du partage du pouvoir, se sont récemment intensifiées après que le premier ministre ait décidé unilatéralement de proroger la session budgétaire du Parlement.

L’avenir politique de M. Oli, 68 ans, devrait maintenant être décidé le 17 juillet lors de la réunion du Comité permanent, au milieu de l’implication croissante de Hou Yanqui, l’ambassadeur chinois au Népal, pour sauver sa chaise.

La faction Prachanda, soutenue par les hauts dirigeants et les anciens premiers ministres Madhav Kumar Nepal et Jhalanath Khanal, a exigé la démission d’Oli’, déclarant que ses récentes remarques anti-Inde n’étaient “ni politiquement correctes ni diplomatiquement appropriées”.

Les liens bilatéraux entre l’Inde et le Népal ont été mis à rude épreuve après que le ministre de la défense Rajnath Singh ait inauguré, le 8 mai, une route de 80 km de long, stratégiquement cruciale, reliant le col de Lipulekh à Dharchula, dans l’Uttarakhand.

Le Népal a réagi vivement à l’inauguration de la route en affirmant qu’elle passait par le territoire népalais. L’Inde a rejeté la demande en affirmant que la route se trouvait entièrement sur son territoire.

Plus tard, le Népal actualise la carte politique du pays par un amendement constitutionnel, en incorporant trois zones indiennes stratégiquement importantes.

L’Inde a qualifié d'”intenable” l'”élargissement artificiel” des revendications territoriales du Népal. L’Inde a remis une note diplomatique au Népal sur la question de la carte, selon les médias népalais.