14 août 2020

Facebook voit des signes de stabilité dans les dépenses publicitaires et dépasse les estimations de revenus

Facebook Inc. a battu les estimations des analystes pour les revenus trimestriels mercredi et a déclaré qu’elle avait vu des “signes de stabilité” pour les ventes en avril après une chute en mars, ce qui indique une fois de plus que les géants technologiques pourraient mieux résister que d’autres secteurs à l’effondrement économique provoqué par le coronavirus.

La société a déclaré que les recettes publicitaires étaient à peu près stables au cours des trois premières semaines d’avril par rapport à la même période l’année dernière, ce qui constitue un signe avant-coureur de reprise après une “forte baisse” des recettes en mars, des mesures de verrouillage ayant été prises dans le monde entier pour ralentir la propagation du virus.

Les parts du plus grand réseau social du monde, qui possède WhatsApp et Instagram, ont fait un bond de 9 % dans le commerce étendu.

Les annonceurs de tous les secteurs ont réduit leurs budgets de marketing pour limiter les coûts en réponse à l’incertitude liée au virus, y compris de nombreuses petites entreprises et marques de vente directe aux consommateurs qui se commercialisent massivement sur Facebook.

Jim Cridlin, responsable mondial de l’innovation à l’agence d’achat d’espace Mindshare du WPP, a déclaré que Facebook était porté par les grandes marques, qui en sont venues à considérer la plateforme comme essentielle après que la société ait fait une campagne concertée pour les attirer. Au cours de l’année écoulée, Facebook s’est efforcé “de diversifier son éventail d’annonceurs, en investissant dans l’élargissement des relations avec les plus grands annonceurs. Cela a probablement contribué à protéger la plateforme contre le déclin des petits annonceurs”, a-t-il déclaré.

Facebook a enregistré une croissance de ses revenus de 18 % au premier trimestre, la plus faible jamais enregistrée, bien qu’elle ait dépassé les prévisions des analystes qui tablaient sur une croissance de 16 %.

Les ventes d’annonces ont augmenté de 17% à 17,44 milliards de dollars au cours du premier trimestre qui s’est terminé le 31 mars, au-dessus de l’estimation moyenne des analystes de 17,36 milliards de dollars, selon les données IBES de Refinitiv.

Le total des coûts et des dépenses n’a augmenté que de 1 % pour atteindre 11,84 milliards de dollars au cours du trimestre, ce qui est bien inférieur à la hausse de 5,6 % que les analystes avaient prévue, ce qui a fait passer les marges opérationnelles à 33 % contre 22 % un an plus tôt.

Facebook a déclaré qu’il réduisait ses prévisions de dépenses totales en 2020 à 52 à 56 milliards de dollars, contre 54 à 59 milliards de dollars auparavant, en raison du ralentissement de la croissance des effectifs et des économies réalisées grâce à l’annulation de voyages, d’événements et de marketing. Facebook a déclaré que plus de 2,99 milliards d’utilisateurs ont interagi avec au moins une de ses applications chaque mois au cours du trimestre, contre 2,89 milliards au trimestre précédent, l’utilisation des réseaux sociaux ayant augmenté avec des personnes restées à la maison pendant les périodes de verrouillage liées aux virus. Le chiffre d’affaires total est passé de 15,08 milliards de dollars au cours du trimestre précédent à 17,74 milliards de dollars, battant ainsi l’estimation moyenne des analystes, qui était de 17,44 milliards de dollars.

Les données des agences de marketing numérique indiquent que la pandémie a fait chuter les prix des publicités sur Facebook au cours du trimestre, passant de 3 dollars pour mille impressions début janvier à moins de 1 dollar fin mars.

Le nombre de publicités diffusées a également diminué au cours de cette période, selon les données, bien que les ventes semblent avoir commencé à remonter à la fin du mois de mars et au début du mois d’avril, les entreprises ayant profité de prix avantageux pour diffuser un volume plus important de publicités.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Damien ROUSSON

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Voir tous les articles de Damien ROUSSON →