14 août 2020

Facebook s’incline devant le juge brésilien et bloque 12 comptes de supporters de Bolsonaro

Facebook a annoncé samedi qu’il avait obéi à l’ordre d’un juge brésilien de bloquer dans le monde entier les comptes de 12 des partisans du président Jair Bolsonaro qui font l’objet d’une enquête pour avoir prétendument dirigé un faux réseau d’information.

Le juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes a déclaré vendredi soir que la société ne s’était pas entièrement conformée à un précédent arrêt ordonnant la fermeture des comptes, affirmant qu’ils étaient toujours en ligne et qu’ils publiaient en changeant leur enregistrement pour des lieux situés en dehors du Brésil.

Facebook a publié une déclaration disant qu’il s’était conformé à la menace de responsabilité pénale pour un employé au Brésil.

Mais il a qualifié le nouvel ordre d’extrême, affirmant qu’il représente une menace pour la liberté d’expression en dehors de la juridiction du Brésil et qu’il est en conflit avec les lois et les juridictions du monde entier. L’entreprise a déclaré qu’elle ferait appel devant la cour plénière.

Facebook a également fait valoir qu’il s’était conformé à l’ordonnance précédente en limitant la possibilité de voir les pages et les profils cibles à partir d’emplacements IP au Brésil.

Les personnes travaillant dans des sites de propriété intellectuelle au Brésil n’étaient pas capables de voir ces pages et ces profils même si les cibles avaient changé de site de propriété intellectuelle, a déclaré la société.

M. Moraes a déclaré que Facebook devrait payer 367 000 dollars de pénalités pour ne pas s’être conformé à sa précédente décision au cours des huit derniers jours.

Il avait également décidé que Twitter devait bloquer les comptes. Alors que Twitter avait déclaré que la décision était disproportionnée au regard des règles de liberté d’expression du Brésil et qu’il ferait appel, les profils ciblés ont été désactivés.

M. Moraes supervise une enquête controversée visant à déterminer si certains des plus ardents alliés de Bolsonaro gèrent un réseau de médias sociaux destiné à diffuser des menaces et de fausses nouvelles contre les juges de la Cour suprême.

L’enquête est l’un des principaux points de confrontation entre Bolsonaro et la Cour suprême.

Le président lui-même a intenté un procès la semaine dernière pour demander le déblocage des comptes.