7 août 2020

En juin, le secteur des services chinois connaît la croissance la plus rapide depuis plus de dix ans

BEIJING (Reuters) – En juin, le secteur des services chinois a connu sa croissance la plus rapide depuis plus de dix ans, alors que l’assouplissement des mesures de verrouillage liées aux coronavirus a relancé la demande des consommateurs, a montré une enquête privée vendredi, bien que les entreprises continuent de supprimer des emplois.

L’indice Caixin/Markit des directeurs d’achat de services (PMI) a augmenté à 58,4, le plus haut niveau depuis avril 2010, par rapport à 55,0 en mai, s’éloignant encore plus du creux atteint en février lorsque le verrouillage du coronavirus a paralysé l’économie.

La barre des 50 sépare la croissance de la contraction sur une base mensuelle.

Ce rebond suggère que la reprise générale de la Chine est plus équilibrée et plus large, car la vie revient lentement à la normale dans l’un des plus grands marchés de consommation du monde, bien que les analystes estiment qu’il faudra des mois pour que l’activité retrouve les niveaux d’avant la crise.

Le secteur des services représente environ 60 % de l’économie et la moitié des emplois urbains, et comprend de nombreuses petites entreprises privées qui avaient été plus lentes à se redresser au départ que les grands fabricants. Les lourdes pertes d’emplois, les réductions de salaires et la crainte d’une seconde vague d’infections ont rendu certains consommateurs prudents en matière de dépenses et de sorties.

“Cette (dernière) enquête suggère que la reprise du secteur des services gagne du terrain”, ont déclaré les analystes de Nomura, qui a récemment revu à la hausse ses prévisions de croissance du PIB chinois pour le deuxième trimestre, passant de 1,2% à 2,6% en glissement annuel.

“Toutefois, nous mettons en garde contre le fait que la dynamique de la reprise pourrait s’essouffler dans les mois à venir.”

L’enquête Caixin a montré qu’un sous-indice des nouvelles affaires reçues par les entreprises de services chinoises est passé de 55,8 en mai à 57,3, le taux de croissance s’accélérant pour atteindre son niveau le plus élevé depuis août 2010.

Les nouvelles activités d’exportation se sont également développées pour la première fois depuis janvier grâce à une demande étrangère plus ferme, contrairement aux commandes de produits manufacturés à l’étranger, qui ont continué à se contracter alors que de nombreux partenaires commerciaux de la Chine restaient bloqués.

Les entreprises de services ont également pu augmenter légèrement leurs prix, mettant ainsi fin à une série de rabais de six mois, les entreprises faisant la promotion de leurs ventes, tandis que la confiance des entreprises s’est renforcée au cours des douze mois suivants, atteignant son plus haut niveau depuis trois ans.

Mais l’emploi est resté bloqué en territoire de contraction pour le cinquième mois consécutif, les effectifs des entreprises chutant à un rythme plus rapide qu’en mai, ce qui souligne l’immense pression à laquelle sont confrontés les décideurs politiques chinois cette année alors qu’ils s’engagent à stabiliser le marché du travail.

“Bien que les entreprises se soient montrées optimistes quant aux perspectives économiques, elles sont restées prudentes quant à l’augmentation de l’embauche, l’emploi dans les secteurs manufacturier et des services étant en baisse”, a déclaré Wang Zhe, économiste en chef du Caixin Insight Group, dans une déclaration accompagnant la publication des données.

“Pour résoudre le problème de l’emploi, il faut non seulement des politiques macroéconomiques pour favoriser davantage la reprise du travail, mais aussi des mesures d’aide plus ciblées introduites par les gouvernements pour soutenir les entreprises”.

Le PMI de Caixin, également publié mercredi, est passé de 54,5 en mai à 55,7 en juin.

L’économie chinoise émerge progressivement d’une forte contraction de 6,8 % au premier trimestre, une grande partie du pays étant maintenant rouverte après les perturbations du début de l’année dues aux mesures strictes de verrouillage.

Mais les analystes ont averti qu’une nouvelle vague de cas de COVID-19 dans la capitale Beijing et dans certaines villes environnantes menace de réduire la croissance, de nombreux lieux de divertissement restant fermés en raison des craintes d’infection.

(Reportage de Stella Qiu et Ryan Woo ; Montage de Kim Coghill)

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).