19 octobre 2020

En Biélorussie, la police réprime les manifestants et en détient des dizaines

Quelque 586 personnes, dont au moins 40 journalistes, ont été arrêtées par les forces de sécurité biélorusses dimanche, un jour après que le président Alexandre Loukachenko ait rencontré les dirigeants de l’opposition détenus.

Le Belarus a été secoué par des semaines de protestations après la victoire écrasante de Loukachenko, qui dirige le pays depuis 1994, lors des élections du 9 août. Le vote a été dénoncé par des responsables de l’UE et des États-Unis, et a forcé Loukachenko à se tourner vers Moscou pour obtenir son soutien.

L’opposition affirme que le principal challenger de Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaya, a été le vainqueur légitime et souhaite de nouvelles élections. Tikhanovskaya, qui a fui en Lituanie après le vote, n’a remporté qu’environ 10 % des voix contre 80 % pour Loukachenko, selon la commission électorale.

Samedi, Loukachenko a rencontré les leaders de l’opposition emprisonnés pour discuter des plans de réformes constitutionnelles.

Tikhanouskaya a déclaré plus tard que Loukachenko avait “reconnu l’existence de prisonniers politiques qu’il avait l’habitude de qualifier de criminels”.

“Nous continuerons à marcher pacifiquement et avec persévérance et à exiger ce qui nous appartient : de nouvelles élections libres et transparentes”, a écrit Tikhanouskaya sur sa chaîne Telegram dimanche.