14 août 2020

Des groupes d’entreprises américains intentent un procès et cherchent à faire annuler l’ordonnance de visa de travail de M. Trump

Des groupes d’entreprises américains représentant plusieurs industries ont intenté un procès mardi (heure locale) contre l’administration Trump, en raison des nouvelles limites imposées aux visas de travail.

La Chambre de commerce américaine, l’Association nationale des fabricants, la Fédération nationale du commerce de détail et d’autres organismes contestent les restrictions fédérales sur la capacité des entreprises à répondre à leurs besoins en main-d’œuvre par le biais de l’immigration légale.

Le PDG de la Chambre de commerce américaine, Thomas J. Donohue, a déclaré : “Notre procès vise à faire annuler ces restrictions à l’immigration illégale qui sont un signe sans équivoque de “non bienvenue” pour les ingénieurs, les cadres, les experts en informatique, les médecins, les infirmières et les autres travailleurs essentiels qui contribuent à l’économie américaine. Laissées en place, ces restrictions pousseront les investissements à l’étranger, freineront la croissance économique et réduiront la création d’emplois”.

Le procès, qui demande un recours déclaratoire et une injonction, fait suite à la décision du président Donald Trump, le mois dernier, de fixer de nouvelles limites aux travailleurs étrangers en suspendant la délivrance de visas de travail temporaires, y compris les visas H-1B, H-2B, H-4, L-1 et certains visas J-1, jusqu’à la fin de 2020. Des groupes d’entreprises ont immédiatement laissé entendre qu’ils pourraient intenter une action en justice contre ce décret.

“L’innovation américaine repose sur le fait que les meilleurs et les plus brillants travaillent ici. Au cours du siècle dernier, les États-Unis ont énormément bénéficié des personnes courageuses qui ont quitté leur foyer, acceptant une invitation à se rendre en Amérique pour un travail temporaire”, peut-on lire dans le procès intenté devant le tribunal fédéral de Californie.

Les visas H-1B sont réservés aux travailleurs qualifiés, en particulier dans le secteur des technologies, et les visas H-4 sont accordés à leurs conjoints. Les visas H-2B s’appliquent aux travailleurs saisonniers ; les visas J-1 sont destinés aux chercheurs et aux universitaires, et les visas L-1 aux cadres qui se rendent aux États-Unis après avoir travaillé pour le même employeur à l’étranger.