19 septembre 2020

Défiant la colère de la Chine, un sénateur tchèque prononce un discours à Taïwan

Le président du Sénat tchèque, Milos Vystrcil, s’est adressé à l’assemblée législative nationale de Taïwan mardi, offrant une forte réprimande à la politique autoritaire et à la politique étrangère agressive de Pékin.

Vystrcil, qui dirige une délégation d’environ 90 politiciens et hommes d’affaires, a déclaré être taïwanais, un retour au célèbre discours anticommuniste prononcé par l’ancien président américain John F. Kennedy en 1963 dans un Berlin alors divisé, dans lequel il déclarait être un Berlinois.

Lundi, Pékin a convoqué l’ambassadeur de la République tchèque dans le pays, déclarant que cette visite constituait un “soutien flagrant à l’indépendance de Taïwan”.

La République tchèque n’a pas de relations officielles avec Taïwan. Le chef de son Sénat est le deuxième plus haut fonctionnaire après le président du pays selon la Constitution.

La Chine refuse de reconnaître la souveraineté de l’île, née d’une guerre civile en Chine qui a amené les communistes de Mao Zedong au pouvoir sur le continent en 1949. Les nationalistes rivaux, menés par Chiang Kai-shek, ont fui vers Taiwan, à environ 160 kilomètres de la côte est de la Chine.

Taïwan n’a jamais déclaré son indépendance, mais elle possède son propre ministère des affaires étrangères et sa propre armée. La Chine organise régulièrement des exercices militaires dans les environs de l’île, ce qui est considéré comme une provocation de la part de Pékin.

Le président tchèque Milos Zeman a cherché à resserrer les liens commerciaux et politiques avec la Chine depuis son entrée en fonction en 2013, mais ses efforts ont été entravés par l’échec de ses plans d’investissement et par les hésitations des Tchèques à permettre à la société chinoise Huawei Technologies de jouer un rôle dans le développement des réseaux de télécommunications de nouvelle génération.

“Et je tiens à souligner que nous n’opposons en aucune façon les avantages mutuels et les relations d’égalité avec la République populaire de Chine autant que nous voulons avoir des avantages mutuels et des relations d’égalité avec Taïwan”, a déclaré M. Vystrcil aux journalistes après le discours.

Vystrcil doit rencontrer le président de Taiwan Tsai Ing-Wen plus tard dans la semaine.