15 août 2020

Début de l’analyse des données sur l’avion ukrainien abattu ; le Canada est sceptique quant à l’explication de l’Iran

Les données des boîtes noires d’un avion ukrainien abattu par erreur par l’Iran commenceront à être analysées mardi, a déclaré lundi le bureau d’enquête sur les accidents du BEA.

Le 8 janvier, le Boeing 737 d’Ukraine International Airlines a été accidentellement abattu par l’Iran, qui l’avait pris pour un missile, dans un contexte de tensions accrues avec les États-Unis.

Samedi, l’Iran a envoyé les boîtes noires à la France. Il avait imputé le retard de leur envoi à la pandémie de coronavirus, qui a entraîné l’annulation de la plupart des vols internationaux.

Le ministre canadien des affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a exprimé des doutes sur un rapport de l’Organisation de l’aviation civile iranienne qui attribue la responsabilité de l’accident à un mauvais alignement d’un système de radar et à un manque de communication entre l’opérateur de défense aérienne et ses commandants.

“Je n’accorde pas beaucoup de crédibilité à ce rapport. Ce n’est pas seulement le résultat d’une erreur humaine – je pense que ce serait une simplification excessive de ce qui s’est réellement passé. Nous devons comprendre qui sont les responsables, qui a donné cet ordre, comment l’espace aérien a pu rester ouvert, comment ces missiles ont été tirés”, a-t-il déclaré.

Les forces iraniennes étaient en état d’alerte au moment de la tragédie, qui s’est produite quelques heures après que l’Iran ait lancé des missiles sur une base militaire irakienne abritant des troupes américaines. Ces frappes étaient en représailles au drone américain qui a tué un général iranien de haut rang, Qasem Soleimani.