10 août 2020

De l’or à gagner si la Chine se remet fortement de la deuxième vague de virus : Goldman

(Reuters) – Goldman Sachs s’attend à ce que l’or bénéficie si la Chine, premier acheteur au détail au monde, se remet beaucoup plus fortement d’une deuxième vague de cas COVID-19 que les États-Unis, et renforce son objectif de 2 000 $ l’once pour le prix des lingots.

La banque de Wall Street a recommandé de maintenir des positions longues sur le cuivre, l’argent, l’acier et l’or, qui sont “à la fois moins exposés aux zones où de nouveaux foyers apparaissent – l’Asie et l’Europe par rapport aux Amériques – et moins exposés en cas d’épidémie”.

Le nombre total de cas de ce nouveau coronavirus aux États-Unis s’élève à 3 millions, selon un décompte de Reuters, le pays ayant signalé plus de 60 500 nouvelles infections – un record en une journée.

L’augmentation des achats dans les valeurs refuges a fait grimper le prix de l’or au comptant de 18 % jusqu’à présent cette année, et il a dépassé le niveau clé de 1 800 $ l’once cette semaine – le plus élevé depuis septembre 2011.

À l’avenir, la banque prévoit que les prix seront en moyenne de 1 740 dollars en 2020 et de 1 988 dollars l’once l’année prochaine, ajoutant que la hausse de l’inflation et la faiblesse du dollar sont parmi les principaux facteurs qui feront augmenter les prix.

L’argent aussi a un “environnement presque parfait” pour enfin performer”, a déclaré la banque dans une note datée du 9 juillet, en se basant sur des facteurs tels que la reprise de l’activité industrielle sous l’impulsion des Chinois, l’achat de valeurs refuge et la baisse de l’offre due aux perturbations minières liées à COVID-19 en Amérique.

Il a également recommandé d’être long sur les contrats à terme du Brent et de maintenir des positions courtes sur le brut américain, en raison du fait que “les fondamentaux américains fournissent des vents contraires au WTI”.

Sur un horizon de 3, 6 et 12 mois, Goldman voit des rendements de -9,3%, 1,7% et 13,9% sur les matières premières par rapport à l’indice S&P GSCI. Depuis le début de l’année, le rendement des matières premières s’élève à -31,6 %, contre 17,4 % en 2019.

La banque a prévu des rendements sur 3 mois de -4,0% pour les métaux industriels, -0,9% pour les métaux précieux et -11,7% pour le complexe énergétique.

(Reportage d’Anjishnu Mondal au Bengaluru ; montage d’Uttaresh.V)

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).