7 août 2020

Crise de Covid-19 : Le Pakistan va bénéficier d’un allègement de dette de 335 milliards de roupies de la part du G20

Le Pakistan signera séparément son accord d’allégement de la dette avec les pays du G20 avant la date limite du 31 décembre 2020, afin de bénéficier d’un allégement de la dette d’un peu plus de 2 milliards de dollars (335 milliards de roupies) pour atténuer les effets négatifs de la pandémie de COVID-19, selon les médias.

Un haut fonctionnaire de la Division des finances a déclaré dimanche à The News que les travaux étaient en cours pour obtenir l’allègement de la dette annoncé par les pays du G20.

“Jusqu’à présent, nous avons réconcilié plus d’une douzaine de créanciers sur un total de 20, nous nous efforçons donc d’accomplir la réconciliation des données exactes de la dette dès que possible, après quoi Islamabad devra signer un accord avec chaque créancier bilatéral séparément”, a déclaré le haut responsable.

D’autres sources ont déclaré que la date limite pour l’accomplissement de l’allégement de la dette était prévue pour le 31 décembre 2020, mais le gouvernement faisait tous les efforts possibles pour accomplir cette tâche au cours du premier trimestre jusqu’au 30 septembre.

Cet allègement de la dette de plus de 2 milliards de dollars, selon le fonctionnaire, a fourni un répit bien nécessaire, car si cela n’avait pas été le cas, la pression sur le taux de change aurait pu s’accroître ces derniers mois en raison des paiements dus sur le front extérieur.

Parmi les pays du G20, la Chine était le plus grand créancier bilatéral, ses dettes envers le Pakistan s’élevant à 9 milliards de dollars, suivie du Japon avec 5 milliards de dollars et des autres pays, dont la Corée du Sud, la France, l’Allemagne, le Canada, les États-Unis et l’Arabie saoudite.

Les autorités pakistanaises ont demandé l’aide de la Banque mondiale pour mettre au point un format standard pour demander un allègement de la dette aux créanciers bilatéraux, mais en raison des différentes exigences standard, il n’a pas pu être développé. Aujourd’hui, la division des affaires économiques a développé son propre format en consultation avec les parties prenantes et le ministère des affaires juridiques pour avancer sur ce sujet.

“Nous allons bientôt commencer à signer un accord séparé avec les créanciers bilatéraux pour utiliser cette facilité d’allégement de la dette afin d’atténuer les effets négatifs de la pandémie de COVID-19”, a déclaré le fonctionnaire.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).