11 août 2020

Covid-19 : L’économie française se contracte de 13,8 %, un record qui bat toujours les estimations

L’économie française s’est contractée de 13,8 % au deuxième trimestre, un record de l’après-guerre, alors que la consommation, l’investissement et le commerce se sont tous effondrés sous l’effet du verrouillage imposé pour contenir la pandémie de Covid-19, bien que la baisse ait été moins importante que prévu.

La contraction de la deuxième économie de la zone euro a été plus forte que celle de 10,1 % signalée par l’Allemagne, où les autorités ont réussi à contenir la vague de décès liés au Covid-19 et n’ont pas eu à appliquer un verrouillage aussi strict que celui de la France.

Le verrouillage français a été appliqué rigoureusement jusqu’au 11 mai, avec la fermeture des magasins non essentiels, et a été progressivement levé au cours du deuxième trimestre, les cafés et restaurants étant autorisés à ouvrir le 2 juin.

La contraction n’a cependant pas été aussi sévère que les 17% prévus au début du mois par l’INSEE et les 15,3% de réduction annoncés par les analystes interrogés par Reuters.

Ludovic Subran, économiste en chef de l’Allianz, a tweeté “Pas trop mal”. “Nous nous attendions à -16% mais le déconfinement a sauvé la situation.”

A lire également : Alors que les vacanciers jettent la prudence au vent, la France voit une nouvelle vague de Covid-19

L’INSEE a également révisé à la baisse, à 5,9 % contre 5,3 %, la baisse de la production intérieure brute au premier trimestre, qui comprenait environ une quinzaine de jours de blocage, imposé le 17 mars.

C’est la troisième baisse consécutive du PIB, dans une récession qui a débuté au quatrième trimestre de l’année dernière, lorsque des grèves nationales ont réduit de 0,2 % la production nationale.

L’INSEE a déclaré en début d’année qu’il s’attendait à ce que l’économie rebondisse de 19 % au troisième trimestre et de 3 % supplémentaires au quatrième trimestre, avec une activité de 1 à 6 % inférieure aux niveaux d’avant la crise d’ici décembre.

Les données de vendredi ont montré que la consommation des ménages a chuté de 11 %, les investissements des entreprises de 17,8 %, les exportations de 25,5 % et les importations de 17,3 %.

La baisse dans le secteur de la construction a été particulièrement forte, selon l’INSEE, avec une chute de 24,1%.

Les analystes ont mentionné la paralysie du secteur français de la construction comme une différence qui explique les meilleures performances de l’Allemagne, où les chantiers sont restés ouverts grâce au verrouillage.