6 août 2020

Covid-19 : L’économie du Pakistan se contracte pour la première fois en 68 ans de -0,38%.

Pour la première fois en 68 ans, l’économie pakistanaise devrait se contracter au cours de l’exercice fiscal sortant avec un taux négatif de 0,38 % en raison de l’impact négatif de la pandémie de coronavirus, associé à la situation financière déjà faible avant que la pandémie ne frappe le pays, selon l’étude économique dévoilée jeudi.

Le conseiller aux finances Abdul Hafeez Sheikh, publiant l’étude économique du Pakistan 2019-20, a déclaré que l’économie a massivement souffert de la pandémie de coronavirus qui a jusqu’à présent infecté environ 120 000 personnes dans le pays, et a forcé le gouvernement à imposer un verrouillage en mars pendant plusieurs semaines.

La pandémie a gravement touché l’économie au cours de l’exercice financier actuel, qui se termine le 30 juin.

LISEZ AUSSI : une nouvelle structure de défaisance ne sera pas utile si les problèmes existants ne sont pas résolus : CEA

Pour la première fois en 68 ans, l’économie pakistanaise s’est légèrement contractée de 0,38 % au cours de l’exercice fiscal sortant, en raison des effets néfastes du nouveau coronavirus, associés aux politiques de stabilisation économique qui avaient frappé le secteur industriel bien avant la pandémie mortelle.

A l’exception du secteur agricole qui a connu une croissance de 2,7 %, les secteurs de l’industrie et des services ont connu des taux de croissance négatifs, ramenant le taux de croissance global à moins 0,38 % pour l’exercice 2019-20, qui se termine le 30 juin, selon l’étude économique.

Le revenu par habitant en dollars a également chuté à 1 366, soit une contraction de 6,1 %, mais il a augmenté en roupies pour atteindre 214 539 roupies.

Le Fonds monétaire international (FMI) a mis en garde contre les conséquences désastreuses de COVID-19 sur les pays en développement en raison de la baisse des exportations et des transferts de fonds.

A lire également : Coronavirus EN DIRECT : 1 875 cas dans le Tamil Nadu aujourd’hui ; l’état en compte maintenant 38 716

Les exportations ont chuté en raison d’une baisse de la demande mondiale tandis que les envois de fonds ont diminué en raison des licenciements de Pakistanais employés à l’étranger, a-t-il dit.

Le montant total des impôts perçus a augmenté de 10,8 % pour atteindre 3 300,6 milliards de roupies en juillet-avril 2020, contre 2 980 milliards de roupies pour la même période l’année dernière. L’estimation du recouvrement de l’impôt pour cette période était de 4 510 milliards de roupies.

Il a déclaré que le déficit des comptes courants avait été réduit de 73,1 %, à 2,8 milliards de dollars (1,1 % du PIB), contre 10,3 milliards de dollars l’année dernière, soit 3,7 % du PIB.

“Le déficit des comptes courants dont nous avons hérité était d’environ 20 milliards de dollars, mais nous l’avons réduit à environ 3 milliards de dollars. C’est une grande réussite du gouvernement”, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que le gouvernement contrôlait les dépenses de l’Etat et n’avait pas emprunté à la Banque d’Etat du Pakistan pendant l’exercice fiscal sortant.

A lire également : Le Tamil Nadu explore la possibilité de devenir un centre de fabrication de drones

“C’était la première fois, je pense, dans l’histoire du pays, et notre solde primaire signifiant que nos dépenses étaient inférieures à nos recettes sont devenues excédentaires”, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que 3 000 milliards de roupies ont été mis de côté pour le paiement des prêts au cours de l’année à venir, tandis que 5 000 milliards de roupies ont été donnés au cours de l’année suivante. Il a promis plus d’allègement dans le nouveau budget et a également réduit les impôts et n’a pas imposé de nouvelle taxe, de sorte que l’industrie devrait bénéficier d’un allègement et d’une incitation à la croissance.

Le ministre des affaires économiques, Khusru Bakhtiar, a déclaré que ce gouvernement disposait de 9 milliards de dollars de réserves de change lorsqu’il est arrivé au pouvoir en août 2018 et qu’à la fin de cette année, elles s’élèveraient à plus de 18 milliards de dollars.

Il a déclaré que la dette extérieure totale du Pakistan s’élevait à 76,5 milliards de dollars, ce qui avait un impact négatif sur le pays.

Il a déclaré que la dette était de 40 milliards de dollars en 2013 et qu’elle est passée à 48 milliards de dollars en 2013 pendant le mandat du Parti du peuple pakistanais et qu’elle a encore augmenté pour atteindre 73 milliards de dollars en 2018 pendant les cinq années de la Ligue musulmane pakistanaise – Nawaz.

L’enquête économique est considérée comme le document le plus authentique du gouvernement et est lancée chaque année avant l’annonce du budget de l’année suivante.

Le gouvernement a déjà annoncé que le budget pour 2020-21 sera présenté au Parlement le 12 juin.